Archives pour la catégorie Yoga

Photo montrant la posture du poisson

Ouvrez votre cœur avec la posture du Poisson

Notre posture pour le mois de mai est la posture du poisson, ou Matsyasana.
Excellente juste après la posture de la chandelle et/ou la posture de la charrue.
Car elle aide à rééquilibrer le cou.

Voyez comment cette posture nous soutient à plusieurs niveaux différents :

Physique

  • Approfondissement de la respiration
  • Plus d’espace et libération des tensions autour du cœur.
  • Renforcement du haut du dos.
  • Stimulation des glandes de la thyroïde et du thymus.
  • Étirement profond des muscles du cou et de la mâchoire ainsi que de la gorge.

Energétique

  • Elle améliore le flux d’énergie entre le plexus solaire, le chakra de la gorge et le chakra du cœur.
  • Étirement du méridien Ren Mai et de la vessie sur le tronc.
  • Étirement des méridiens de l’Estomac et du Foie dans les jambes (lorsqu’il est effectué avec les jambes en posture de tailleur ou de lotus).

Emotionnel

  • Cultivation de la joie et de l’espoir.
  • Aide contre la dépression et la réticence craintive.

Mentale

  • Aide à faire naître et à conserver une attitude positive, optimiste et inspirante face à la vie.

Spirituel

  • S’abandonner à la vie avec une attitude ouverte et confiante.
  • Courage
  • Espoir
  • Amour de la liberté
  • Amour désintéressé
  • Compassion
  • Bienveillance
  • Pureté
  • Aide à développer la conscience du chakra du cœur.
Prana Yoga Flow et Prana Yoga le lundi, mardi et mercredi.
Vous souhaitez réserver l’un de nos cours ?
Consultez le calendrier via le bouton ci-dessous :

Réservez votre cours

Posture table à 2 pieds

Le yoga du dos

Notre dos, et plus précisément notre colonne vertébrale, est la structure centrale de notre corps qui porte et soutient littéralement tout notre corps. Si, à un moment donné, le bien-être de notre dos se perd, cela a immédiatement un impact majeur sur la structure et la cohérence de toute notre vie. Il est donc très utile d'accorder une attention permanente à votre dos. Et cela peut se faire à différents niveaux.

Attention

Tout d'abord, il y a l'attention. Portez régulièrement votre attention sur votre dos. Que vous fassiez un travail mental dans un emploi essentiellement sédentaire ou un travail essentiellement physique, vous gagnerez à permettre à votre attention de "faire la navette", d'aller et venir entre l'objet de vos activités et votre corps, et plus particulièrement votre dos. Comment se sent votre dos ? Comment va votre bassin ? Dans quelle position se trouve le bas de votre dos ? Avez-vous un léger creux à cet endroit ou les pointes de vos vertèbres lombaires ressortent-elles parce que le bas de votre dos s'est affaissé ? Et aussi : où se situe votre tête par rapport à votre torse ? Se positionne-t’elle bien en équilibre sur votre colonne vertébrale ? Ou bien votre tête dépasse-t-elle systématiquement vers l’avant ?

Respiration

Notre respiration soutient notre dos plus que nous ne le pensons. Comment est votre respiration ? Profonde ou très peu profonde et plutôt restreinte ? Respirez-vous principalement vers le haut (respiration thoracique) ou vers le bas (respiration abdominale) ? Il est bon d'utiliser toute votre espace respiratoire, toute votre capacité pulmonaire, et de respirer suffisamment vers le haut, vers le haut de la poitrine, les épaules et les clavicules. Cela provoque une expansion de votre poitrine, l'expansion et la contraction au rythme de la respiration apportent vie et mouvement aux tissus. Ainsi, l'énergie est moins susceptible d'être piégée et les muscles ont moins de chances d'avoir des crampes. L'expansion de la poitrine ouvre le corps et donne un soutien complet à l'ensemble du dos.

Position assise

En particulier pour le grand nombre de personnes qui passent la plupart de leurs journées en position assise, il est bon de réfléchir à votre position assise sur une chaise. Une position assise prolongée sur des chaises ou des canapés maintient les muscles de l'arrière de la cuisse courts, alors que nous bénéficierions d'ischio-jambiers longs et souples. De plus, l'irrigation sanguine est également ralentie. S'asseoir sur une chaise est également fatal pour notre bassin. Nous perdons progressivement la liberté de mouvement de notre articulation de la hanche. En fait, s'asseoir et vivre sur le sol est l'une des décisions les plus saines que vous puissiez prendre pour votre dos et vos hanches ! Pas évident dans notre culture occidentale, qui rejette collectivement le contact avec la terre.

Micro-pauses

Les allers-retours de l'attention entre l'activité et le corps peuvent être bien combinés avec les micro-mouvements. Il s'agit de toutes sortes de mouvements à courte durée, tels que lever et baisser les épaules, rouler les épaules, tourner le tronc à gauche et à droite à partir de la taille, étirer les bras et étirer latéralement le torse, qui rompent la longue posture assise statique. Vous devriez également vous lever pendant quelques minutes toutes les demi-heures et faire une promenade.

Renforcement du dos

Enfin, il est important de maintenir votre dos en excellente condition en effectuant régulièrement des exercices d'étirement et de renforcement appropriés. Notre cours de yoga du dos est parfait pour cela. Dans le yoga du dos, nous combinons l'attention, la respiration, les efforts physiques et la relaxation appropriés afin de dire adieu définitivement aux problèmes de dos. Quelle que soit votre condition ou votre morphologie, notre cours de yoga du dos vous fournira les clés d'une expérience pleine et consciente de la merveilleuse structure qu'est notre dos et de la restauration et du maintien du bien-être de votre dos. Le yoga du dos le vendredi soir de 19h00 à 20h00 en petit groupe de 7 personnes maximum. C’est la préparation idéale après une semaine chargée pour aborder le week-end de manière détendue.
Posture de l'arbre à l'extérieur

Cours collectifs et pratique quotidienne

Vous pouvez assister à autant de cours collectifs que vous le souhaitez. Il y a deux faits que vous ne pouvez pas ignorer:.

  • Les postures de yoga étaient à l’origine destinées à préparer la méditation (quotidienne).
  • Le yoga était à l’origine conçu comme une discipline individuelle et quotidienne.

Cours de groupe ou pas de cours de groupe

Même si j’aime beaucoup donner des cours collectifs, la finalité d’un cours collectif est qu’il s’annule à un moment donné. C’est ce qui se produit lorsque vous parvenez à établir la discipline d’un moment de yoga chez vous, seul.e, et que vous en faites un rituel quotidien.

Ce n’est qu’ensuite qu’il est judicieux de suivre des cours collectifs.

Mais j’ai aussi commencé ma découverte du yoga en suivant des cours collectifs dans mon ancien environnement de travail. Dans un cours collectif, vous apprenez une bonne base. Chaque professeur de yoga vous transmet des connaissances précieuses. La pratique de groupe dispose également d’une énergie et d’une atmosphère uniques et spéciales que beaucoup de gens aiment. Surtout les personnes qui ont besoin de ressentir la proximité des autres.

Les cours collectifs sont également une simplification, en quelque sorte. Parce que chaque corps, chaque âme, chaque esprit, chaque être humain individuel est différent. Un cours collectif ne peut pas répondre à tous les besoins individuels du moment. Même si les instructeurs de yoga font de leur mieux, cela reste un cours de “juste milieu”.

Ceux qui pratiquent le yoga seuls à la maison peuvent en faire un événement très individuel, suivi d’une pratique quotidienne de la méditation, également sur mesure.

Le yoga du matin

Pour ma part, je pratique le yoga pendant 20-30 minutes maximum le matin, avant de méditer pendant 20-30 minutes. Ce yoga matinal change complètement l’énergie de ma journée. Il m’aide également à me débarrasser des raideurs matinales. Ensuite, je peux méditer tranquillement et faire l’expérience de mon corps de manière agréable. Ou plutôt, je ne sens presque pas mon corps du tout. Je peux donc d’autant mieux méditer sur le plan mental.

Certains exercices, comme l’équilibre sur une jambe, je les réussis bien meilleurs le matin que le soir. J’ai des pieds de forme atypique qui offrent peu de soutien, ce qui fait de ces postures un défi considérable. Le soir, lorsque j’ai déjà subi l’épreuve d’une journée très active, je suis beaucoup plus patraque que le matin. Ces instabilités se produisent ainsi beaucoup plus pendant les cours collectifs du soir. Alors je ne suis plus du tout “le professeur de yoga qui démontre la posture à la perfection”. Et c’est bien.

Niveau 1

Vous faites du yoga pour vous-même, avec vous-même. Avec le corps que vous avez. Et ce corps est différent chaque jour, il change avec le temps, car rien n’est permanent. Le yoga est donc un exercice de changement. Et en acceptant l’imperfection. Le pied atypique. L’instabilité. Une épaule plus basse que l’autre. La colonne vertébrale un peu tordue. Il ne s’agit pas de l’alignement parfait, de la pose parfaitement tenue ou du résultat esthétique.

La pratique physique du yoga est une méditation de premier niveau. Cela signifie passer par une expérience physique et énergétique qui vous fait prendre conscience. C’est prendre conscience de son corps physique et de son énergie vitale.

Yogi en posture de méditation

Le centrage

C’est une image qui restera gravée dans ma mémoire. Lors d’une grande manifestation pour la liberté et la démocratie, des milliers de personnes se sont rassemblées au départ du défilé. Il y avait des discours forts depuis une scène. Il y avait de la musique, des roulements de tambour et le murmure de milliers de personnes. Un paysage sonore si intense à mes oreilles, que j’ai craint de devoir reprendre mes esprits pendant une heure et demie à la maison.

Et l’homme était là. Avec de longs cheveux grisonnants, des vêtements qui indiquaient qu’il venait probablement de la tradition du yoga. Il était assis par terre, les mains dans un mudra, les yeux fermés, en train de méditer.

Équilibre

En état méditatif sans être dérangé par ce qui se passait autour de lui. Peu importe à quel point c’était bruyant et chaotique. Lorsque nous sommes passé devant lui, nous avons ressenti énergétiquement qu’il y avait un champ d’énergie apaisante autour de lui.

Cela rappelait le symbole du Yin/Yang. Au milieu du grand plan blanc en forme de goutte incurvée de l’énergie Yang turbulente, chaude, mouvementée et bruyante se trouve une petite boule noire, qui représente l’opposé du Yang : le Yin. Le Yin représente le calme, la froideur, l’immobilité. Il indique que le Yang sans le Yin n’existe pas, et que le Yin sans le Yang est également inexistant. Ils se maintiennent mutuellement en équilibre.

Un rituel symbolique

C’est pourquoi les anciens Chinois construisaient souvent des pagodes hautes et verticales dans des paysages qui, autrement, étaient complètement horizontaux et plats. Les empereurs chinois avaient un palais d’été dans le nord du pays, et un palais d’hiver dans le sud de leur empire. Au plus fort de l’été (Yang), l’empereur et sa cour s’installaient dans le palais d’été au nord (Yin). Et en hiver (Yin), la cour se déplaçait vers le palais d’hiver au sud (Yang). Ce rituel symbolique n’était pas seulement là pour éviter d’être soumis à des extrêmes climatiques, mais aussi pour symboliquement maintenir l’équilibre entre les deux pôles.

Le centrage

Le yogi méditant lors de la manifestation était une illustration de ce que l’on appelle le “centrage”. C’est le fait d’être capable de tourner son attention vers l’intérieur, après l’avoir complètement détachée du monde extérieur qui nous entoure.

Parfois, lors d’un moment de relaxation à la fin d’une séance de yoga, les étudiants en yoga deviennent d’abord irrités puis obsédés par des éléments perturbateurs extérieurs, qui dérangent ou absorbent leur attention. Cela conduit parfois à des plaintes du type “Je n’ai pas pu me détendre parce que…” il y avait ce cri dans la rue, ce claxon de cette voiture, ou le léger ronflement de l’autre étudiant de yoga à côté d’eux, qui était passé de la relaxation au sommeil profond. Ou bien il s’agit de démangeaisons ou d’irritations qui se manifestent soudainement.

État intérieur paisible

Ces perturbations extérieures ne sont inquiétantes que dans la mesure où vous leur donnez ce pouvoir. Cependant, ils peuvent aussi être les éléments et les outils idéaux pour apprendre à rester calme dans son propre centre, peu importe ce qui se passe autour de soi. Parce que l’accès à un état intérieur calme, tranquille, paisible et neutre est une chose pour laquelle la réalité actuelle de notre planète bruyante offre rarement les conditions idéales. Cet état intérieur paisible, ce point de repos et d’équilibre, est accessible à tous, à tout moment de la journée et en toutes circonstances. Il nous suffit d’apprendre à ne pas nous accrocher aux éléments du monde extérieur que nous avons qualifiés d’interférents.

Image avec des yeux d'enfant limpides

La question la plus intelligente

2020 a provoqué un saut de conscience chez un nombre croissant de personnes. Le monde ne sera plus jamais le même qu’avant. C’est bien, car l’ancien modèle avait un besoin urgent de changement.
De plus en plus de personnes se remettent en question et remettent en question leur mode de vie. Merveilleux ! Il était temps.

La question la plus intelligente au monde

En fait, la conversation la plus importante que vous devriez avoir au quotidien est la conversation avec vous-même. Pour défier notre esprit et notre cœur au quotidien. Nous évitons ainsi de vivre “en pilote automatique” et de ne pas tenir consciemment le volant de notre vie à deux mains.
Quelle question devez-vous vous poser à cet égard ? Quelle est la question la plus intelligente au monde ?

Toute personne ayant été enfant ou ayant des enfants connaît cette question inévitable, qu’un enfant de 4 à 5 ans pose constamment à ses parents pendant une certaine période de sa vie, jusqu’à ce que ces derniers deviennent un peu nerveux ou ressentent une légère contrariété monter en eux.
Et cette question est : Pourquoi ?
Oui, la question la plus utile et la plus intelligente au monde vient de la bouche des petits enfants. Pour savoir si vous avez abandonné le volant de votre vie sans vous en rendre compte, il suffit, dans votre conversation quotidienne avec vous-même, de vous poser la simple question “Pourquoi” dans chacun de vos choix et actions, puis d’y répondre le plus honnêtement et le plus sincèrement possible.

Continuez à creuser

Et après cette première réponse, posez-vous à nouveau la question : “Pourquoi ? Tout comme ce petit enfant d’à peine 5 ans l’a fait.
Parce qu’une réponse peut parfois cacher une réponse plus profonde et plus vraie encore. Vous continuez donc à creuser jusqu’à ce que vous ayez identifié la véritable motivation ou le motif de votre choix ou de votre comportement.
Ensuite, tenez-le devant la lumière aujourd’hui, et voyez si ce choix tient toujours en 2021, sachant que la vie est courte et fragile.
Je parie qu’en 2021, beaucoup de vieux comportements seront remplacés par de nouveaux choix !
N’est-ce pas merveilleux ?

Photo d'une route sinueuse dans une forêt.

Rester assis.e en silence

Vous vous demandez peut-être ce que cette image d’une route sinueuse quelque peu négligée, moitié gravier, moitié terre, à travers une forêt, a à voir avec le fait de rester assis sans bouger.
Et bien, la vie prend parfois des tournants bizarres.
Je me suis retrouvé au milieu de la Norvège en 2009 par une curieuse coïncidence. J’y ai séjourné et j’y ai travaillé pendant une semaine à l’invitation d’un agriculteur bio belge émigré. L’après-midi, je partais pour de longues promenades dans le paysage forestier plutôt sauvage.

Au-delà de la frontière

Tout comme ce jour d’octobre. La saison était à cheval entre l’automne et l’hiver, avec des averses de neige occasionnelles. La route sur la photo m’a finalement mené à passer la frontière de la civilisation, quelque part sur un haut plateau.
Là, assis sur un rocher entre la végétation tendant à toutes les nuances et teintes de couleurs, un silence s’est soudain installé.
Mais un silence comme je n’en avais jamais connu auparavant. Je mangeais un sandwich que j’avais apporté avec moi et j’ai été réveillé… par le bruit de mes mâchoires. Je n’avais jamais entendu cela auparavant. J’étais perplexe et j’ai arrêté de manger.
Puis je me suis rendu compte qu’en dehors de moi il n’y avait rien, absolument rien à y entendre.
C’est la première fois que j’ai eu un aperçu du silence absolu.

Peut-être la vie m’y avait-elle conduit, à l’approche de la découverte, plus de dix ans plus tard, que je suis en fait hyper-sensible aux sons depuis mon plus jeune âge. Mon cerveau ne peut choisir entre les nombreux signaux sonores distincts d’un “paysage sonore” qu’avec la plus grande difficulté et au prix de beaucoup d’énergie.

Méditation

Au fait, le yoga est un système complet conçu pour la préparation à la méditation.
La méditation a autant à voir avec le franchissement de frontières qu’avec la confrontation au silence.
Il existe d’innombrables traditions et écoles de méditation. Tous proposent des méthodes pour “faire taire le mental”. Pour amener la conscience au-delà du bruit.
Car outre le fait que pour nos ancêtres, jusqu’à il y a environ deux siècles, notre monde contemporain doît vraiment ressembler à un enfer assourdissant avec tous les trafics, les machines et autres activités humaines incessantes, il y a un autre son qui semble ne jamais s’arrêter.
Et c’est l’incessant “fil de conversation” des pensées qui traversent notre cerveau.

Le courant qui nous contrôle

Ces pensées, forment un flux automatique et sans fin. Un fleuve visqueux, dans lequel des idées intéressantes, des incursions ingénieuses ou des intuitions chuchotées se noient dans un excès de bavardage automatique et plus grossier, constitué en grande partie de fantasmes sur le passé ou le présent. La plupart d’entre eux nous n’en sommes même pas conscient.e.s.
Mais ce flux nous contrôle. Et est responsable de nos émotions et de notre état d’esprit, jour après jour.

Selon la philosophie indienne, le monde a été créé par le son. C’est une belle métaphore de ce que la science moderne a compris entre-temps. Qu’à la base tout est fait de vibration, ou énergie, et que la matière du monde concret n’est ni plus ni moins qu’une énergie plus lourde, “condensée”.
Et de même, vous créez votre monde, à partir de la vibration énergétique que vos pensées provoquent.
Tout ce qui existe dans votre monde est la matérialisation de vos propres pensées. S’il y a du chaos autour de vous, alors c’est une projection du chaos qui existe en vous et que vous alimentez par votre flux de pensées.

Des conseils pour un premier pas

Sans pour autant avoir à adhérer à une école de méditation particulière, vous pouvez faire un premier pas dans la méditation chez vous à la maison.
De quoi avez-vous besoin ?

  • Un endroit où vous ne serez pas dérangé.e
  • Une chaise ou un coussin de méditation qui vous permet de vous asseoir de manière détendue en gardant le dos bien droit
  • Une horloge ou une minuterie de méditation avec un signal sonore

Comment s’y prendre ?

  • Réservez 5 à 10 minutes à un moment fixe de votre journée. Tôt le matin ou le soir avant le coucher sont de bons moments
  • Réglez votre horloge ou votre minuterie de méditation
  • Asseyez-vous avec le dos droit et les yeux fermés
  • Inspirez et expirez lentement et calmement
  • Maintenez le silence

Et prenez conscience de vos propres pensées.
Regardez-les une par une. Chaque fois qu’une pensée se présente, prenez-en note, puis lâchez-la, en faisant attention à votre respiration.

Vous voulez avoir plus de contrôle sur votre vie quotidienne ? Commencez par écouter le son de vos pensées intérieures et apprenez à les connaître.
Commencez avec cinq à dix minutes par jour. Puis passez à des durées plus importantes.

Ce que nous vivons à l’échelle mondiale en cette année 2020 ne peut être ni plus ni moins qu’une invitation claire et convaincante de la part d’une conscience supérieure à cesser nos activités extérieures follement exagérées. Et de rester à la maison et d’apprendre à rester tranquille avec soi-même.

Que signifie être assis avec le dos droit ?

Nous n’avons pas le dos droit par nature. La colonne vertébrale a clairement une forme de S.
Être assis avec le dos droit signifie : garder la colonne vertébrale dans sa forme naturelle et droite.
Cela signifie que vous ne vous autorisez pas à affaisser.

Comment ramener votre dos dans sa courbure naturelle ?

  • Asseyez-vous sur une chaise ou sur un coussin de méditation au sol
  • Pivotez votre bassin vers l’avant comme si vous poussiez votre nombril vers l’avant
  • Marquez comment le bas de votre dos devient légèrement creux à l’arrière de votre corps
  • Ouvrez votre poitrine en amenant votre sternum un peu en avant et relâchez vos épaules.
  • Enfin, placez votre tête et votre cou bien droits et équilibrés au-dessus de votre ceinture scapulaire.

Comment avoir la certitude que le bas de mon dos est en bonne position ?

  • Posez votre main derrière votre dos et touchez le milieu du bas de votre dos.
  • Sentez vous une “fente”, comme une petite vallée entre vos muscles lombaires, alors vous êtes bien assis.e
  • D’autre part, si vous sentez les épines de vos vertèbres lombaires pointer vers l’extérieur, vous vous affaissez. Ajustez votre posture en pivotant votre bassin vers l’avant jusqu’à ce que vous ne sentiez plus les saillies.
Dessin d'un singe sur fond de jungle

Le singe dans notre tête

Aujourd’hui, la pratique contemporaine du yoga est largement et excessivement axée sur les postures physiques. Cependant, il convient de rappeler qu’en tout état de cause, il n’a jamais été dans l’intention de mettre autant l’accent sur les postures, aussi nommées asanas. Cette inflation des asanas est un phénomène de notre époque, car les gens d’aujourd’hui mènent une existence principalement sédentaire. Et ils aspirent à le compenser par de l’activité physique.

Le vrai travail

Dans les textes de yoga anciens tels que les Yoga Sutras de Patanjali et dans le Hatha Yoga Pradipika, un autre ouvrage standard, peu de postures sont décrites. Et puis il s’agit surtout de quelques postures assises permettant la méditation.
Oui, c’est vrai : les exercices physiques ont été conçus comme une préparation au “vrai travail”, celui de la méditation.
Dans les Yoga Sutras de Patanjali, le but du yoga est décrit dans le verset suivant :

“Chitta vritti nirodnah – Arrêter les mouvements du mental”

Après tout, dans notre tête, il existe un singe joyeux. Un singe qui se balance constamment d’une branche à l’autre dans un arbre. C’est comme ça que notre esprit fonctionne quand il est en pilote automatique. On passe d’une pensée et d’une impression à la suivante, sans arrêt. Plus chaotique, je meurs. Des milliers de pensées traversent nos esprits, faisant ainsi tout pour attirer notre attention partout sauf ici et maintenant. Pensez au nombre de pensées que vous avez réparties sur une journée entière et qui concernent soit le passé soit l’avenir. Ce sont toutes des fantaisies qui se déroulent à un autre moment qu’ici et maintenant. Si vous laissez ce singe vous guider jusqu’au bout, vous risquez de passer carrément à coté de votre vie.

La terreur des écrans

Donc, par nature, nous sommes à peine capables de nous concentrer. De nos jours, cette situation est exacerbée par l’omniprésence des médias et de ce que l’on appelle “l’ingénierie sociale”. Ils kidnappent constamment notre attention à l’aide de nos propres sens, principalement à travers des écrans. En conséquence, nous vivons encore plus que jamais dans un monde (électronique) de fantaisie. C’est la raison pourquoi la pratique authentique du yoga aujourd’hui doit avoir une forte composante mentale. Pas votre corps, mais en premier lieu votre mental a besoin d’être mis au travail. En vous concentrant en permanence et en ramenant votre attention sur ce que vous ressentez dans votre corps à chaque fois qu’elle risque d’être détournée par une autre pensée fugace.

Et surtout : réalisez que vous êtes bien plus que ce que vous pensez. Le singe dans votre tête, et les voix, ce ne sont que des phénomènes qui se produisent dans votre cerveau. Cette prise de conscience est le début de la liberté :

  • Elle vous donne la possibilité de devenir un observateur de ce qui se passe dans votre tête.
  • Suite à cet exercice de concentrationvous commencerez à évoluer.

Vous évoluerez d’une personne distraite et influençable, vers une personne qui sait ce qu’elle représente, ce qu’elle veut et pourquoi. Imaginez-vous !
Enfin, une belle citation que j’ai trouvée quelque part dans un vieux livre sur le mythique jardin de Findhorn dans le nord de l’Ecosse. L’un des pionniers du jardin a dit avoir eu une conversation avec une sorte d'”esprit de la nature”, qui lui a confié ce qui suit :

“Les gens ne semblent généralement pas savoir où ils vont ni pourquoi. S’ils savaient cela, s’ils étaient sur la bonne voie pour faire ce qui doit être fait, quelles incroyables centrales de puissance ils seraient !”