Tous les articles par petersan

Photo de légumes splendides

Les légumes tout d’abord

Quels sont vos aliments de rembourrage ?

Se sentir rapidement rassasié

Quasi tous les cas d’obésité, de manque d’énergie ou de problèmes digestifs sont causés par un mauvais choix de produits alimentaires.
En général, tout le monde a un ou plusieurs produits qui sont utilisés comme « rembourrage ».
Un rembourrage est un aliment relativement facile à préparer, qui donne rapidement une « sensation de satiété » en mangeant. Un estomac vide est le plus souvent interprété comme une faim. Cependant, avoir l’estomac vide n’est absolument pas un signe que votre corps a vraiment faim à ce moment-là.
Dans notre société, les rembourrages préférentiels sont souvent du pain, des pâtes, des pommes de terre blanches ou du riz.

Carburant de faible qualité

Par conséquent, les repas sont toujours traditionnellement composés sur la base d’un tel aliment de rembourrage. Une assiette est souvent remplie de pommes de terre ou de pâtes, puis garnie de sauce, d’une quantité limitée de légumes et d’une source de protéines. Pensez à quelque chose comme des spaghettis bolognaise, un sandwich ceci ou cela ou des pommes frites au xyz.
Le problème, c’est que ces produits de rembourrage courants sont très pauvres en véritables nutriments, comme les vitamines et les minéraux. On peut les considérer comme une forme de combustible de mauvaise qualité.
En fait, vous pouvez vous en empiffrer jusqu’à ce que vous tombiez presque dans un coma alimentaire. Et pourtant votre corps attend en vain de véritables nutriments. C’est l’une des raisons pour lesquelles la (vraie) faim réapparaît rapidement, que vous risquez ensuite d’étouffer à nouveau avec les mêmes aliments de rembourrage. Et ainsi le cycle continue.

Profil systématiquement gonflé

Vous y trouverez la recette du phénomène au développement le plus rapide dans le monde de la santé : de plus en plus de personnes en surpoids qui manquent d’énergie. Paradoxalement, l’obésité n’est pas, dans la plupart des cas, le résultat d’une suralimentation mais d’une malnutrition systématique. Le corps ne sait pas quoi faire de toute cette nourriture pauvre en nutriments et riche en calories, et convertit l’excès en graisse et/ou en eau. Le corps a trop de toxines acidogènes à traiter. Pour les éliminer à temps du réseau sanguin, il n’y a qu’une seule solution. Les retirer de la circulation sanguine et les stocker soit dans du tissu adipeux soit dans de l’eau supplémentaire qui sera déplacée entre les cellules du corps. La recette par excellence pour le profil systématiquement gonflé de la plupart des Belges et des Européens d’aujourd’hui. Nous l’avons appris des Américains, et le modèle fait déjà école en Asie.

Une alimentation saine

La leçon est simple : construisez chaque repas autour d’une grande quantité de légumes. Privilégiez les légumes verts (à feuilles), les choux et les légumes colorés complétés par des légumes-racines ou tubéreux selon la saison. Créez de préférence un équilibre entre le cru et le légèrement cuit à la vapeur. Les légumes sont généralement peu caloriques, mais ils ont une teneur très élevée en nutriments.
C’est un peu affreux, mais l’adage proclamé depuis des décennies selon lequel il faut « manger plus de légumes » n’est pas une option en l’air. Ce n’est ni plus ni moins que la base d’un régime alimentaire sain. Sans cette fondation, la maison de votre santé s’effondrera lentement au fil des années.

Prospérité et ignorance

Nous ne sommes pas vraiment aidés. Nous sommes soumis à des traditions et des habitudes alimentaires et culinaires, transmises de mère en fille. Notre assiette belge typique d’aujourd’hui est l’héritière directe des pratiques alimentaires qui ont pris leur essor depuis l’industrialisation. Le régime alimentaire standard de l’ouvrier était le rembourrage « vide »et bon marché. Comme le pain brun presque archétypique et les « pommes de terre à la sauce » quotidiennes. Et si tout allait bien le dimanche, un morceau de viande bon marché de la pire espèce. Les riches s’adonnaient à des produits de farine raffinée et à de grandes quantités de viande. Les légumes ont partout joué un rôle tout à fait secondaire.

Maladies de civilisation: vraiment ?

Et en marge, l’industrie alimentaire, avec ses technologies raffinées et ses stratégies de marketing et d’ingénierie sociale, ne s’intéresse qu’à une seule chose : vous faire acheter et manger plus que ce qui est sain pour vous.
Les soi-disantes « maladies de civilisation » n’existent pas. Ce terme donne l’impression que c’est à prendre ou à laisser : soit vous êtes prospère et prenez l’inconfort des maladies avec, soit vous n’êtes pas prospère.
Une dénomination qui se rapproche plus de la vérité, ce serait de les appeler « maladies de l’ignorance ». Ou encore des “maladies de recherche de profit – d’absence de législation – ou de lobbying ».

Compossez vos menus autour des légumes.
Alors, à partir d’aujourd’hui, mettez de l’ordre dans votre assiette et mangez une grande quantité de légumes variés de la saison à chaque repas.

Photo de divers sucres

Le sucre est une drogue

L’industrie alimentaire a incorporé du sucre dans presque tous les produits courants, au point d’en devenir absurde. Supposons que vous prépariez une sauce tomate fraîche avec des tomates très fraîches, des oignons, de l’ail, des herbes fraîches… allez-vous finir votre sauce en ajoutant deux cuillères à soupe de sucre blanc ? Eh bien, non !
Et pourtant, c’est exactement ce que fait l’industrie alimentaire. Ils ajoutent même du sucre à des choses comme le bacon. Tout le pain du supermarché contient du sucre.

La seule raison pour laquelle l’industrie alimentaire ajoute du sucre partout, et même parfois en quantités hallucinantes, est que le sucre provoque une réaction physiologique qui vous fait manger encore plus.

Dans le cadre d’un défi de 30 jours sans sucre raffiné, j’ai décidé d’examiner la quantité de sucre et la forme sous laquelle je le conserve dans mon garde-manger. Le sucre blanc raffiné, la cocaïne des édulcorants, n’est plus dans mes placards depuis une vingtaine d’années. Et quand j’achetais ou mangeais quelque chose de sucré, comme un morceau de gâteau, je choisissais toujours les édulcorants dits meilleurs, comme le sucre de fleur de coco, le sucre de canne brut entier, etc.

Indice glycémique

L’un des critères pour trouver la meilleure alternative était d’opter pour “l’indice glycémique » le plus bas d’un édulcorant. Cet indice est censé mesurer la vitesse à laquelle le sucre est métabolisé, et le plus lent est le mieux. Mais il pourrait s’agir d’un autre faux concept de l’industrie alimentaire. Chaque édulcorant est accompagné de ses propres tactiques de marketing, qui veulent que nous croyions tous que celui-ci est meilleur que l’autre. En Europe, le sucre de canne a longtemps été considéré comme meilleur que le sucre de betterave, plus courant, simplement parce qu’il est exotique et tropical et qu’il véhicule donc une image plus naturelle et plus pure. Mais c’est toujours du sucre.

Huit alternatives

Waouw, j’ai découvert que j’ai actuellement 8 alternatives au sucre raffiné en stock, certaines jamais utilisées, d’autres occasionnellement, bien qu’en quantités modérées. Le principal édulcorant d’aujourd’hui pour la cuisson ou la préparation de desserts sucrés ne figure pas sur les photos, à savoir les dattes médjoul. En dehors de cela, j’utilise encore occasionnellement une cuillère à café de sirop d’érable ou de riz sur une portion de yaourt au soja, par exemple.
Il reflète une recherche de plusieurs décennies pour trouver « le bon/le meilleur édulcorant ». Et il reflète aussi le problème auquel je suis confronté : une tendance exagérée à la douceur. Même après un repas somptueux, complet et sain, je ressens souvent le besoin de le terminer sur une note sucrée.

Résister à la tentation

Je suppose que c’est purement émotionnel. Hier soir, j’ai ressenti une baisse d’intensité émotionnelle pour la première fois depuis longtemps. En partie parce que j’étais très fatigué physiquement et mentalement. Normalement, j’étoufferais ce genre de trempette en prenant une banane ou une pomme ou en mettant une figue sèchée ou une datte dans ma bouche. Mais cette semaine, je joue le jeu du défi « sans sucre » : pas de fruits pendant la journée après le petit-déjeuner. Et aussi résister à la tentation non seulement du sucre raffiné et de ses 60+ déguisements, mais aussi du goût sucrée en général. Pour voir ce que cette expérience pourrait m’apprendre.

Sucré et émotions

J’ai réfléchi toute la journée au rôle de la douceur aujourd’hui et dans mon enfance et ma jeunesse.
Aujourd’hui, je me sens incité à acheter quelque chose de sucré quand je vais en ville. Je mange du sucré en quête de paix, pour échapper à des situations stressantes. Lorsque je suis en ville, je me rends souvent dans un magasin d’aliments naturels ou un supermarché. Même si je n’ai pas besoin d’y être, juste pour prendre une barre protéinée aux noix et dattes prétendument saine. Ensuite, je la mange pour ressentir un sentiment instantané de soulagement et de satisfaction.

Le sucre dans l’enfance

Quand j’étais jeune, satisfaire sa soif de sucreries était un rituel quotidien. Les sucreries étaient partout. Le pain avec de la pâte à tartiner au chocolat et de la confiture était servi au petit-déjeuner, ensemble et mélangé à des fromages salés ou des viandes transformées. Pas étonnant que je me rappelle avoir eu des crampes d’estomac de temps en temps. Lorsque nous sortions de l’école, vers cinq heures de l’après-midi, on nous donnait un en-cas sucré, fait de poudre de pudding « Dr Oetker », à dissoudre dans du lait bouillant, au goût de vanille ou de chocolat. Dans la version vanille, ma mère faisait toujours tremper deux ou trois biscuits au spéculoos (le biscuit typique belge aux épices et à la cannelle appelé spéculoos). Il avait un goût divin et nous a donné satisfaction pendant quelques heures avant le dîner, ce qui a pu être un moyen de contrôler notre comportement.

Faire face à une sensibilité élevée

Je me suis rendu compte que j’étais un enfant hypersensible qui devait faire face quotidiennement à des situations plutôt banales qui étaient cependant difficiles et stressantes pour moi. Avec en plus un manque de territoire personnel à moi, le goût sucré est devenu comme une drogue. J’ai dû me sentir rarement en sécurité en dehors de la maison. À la maison, c’était aussi les événements spéciaux où nous avions l’impression d’être remarqués ou pris en considération. Les dîners de famille avec leurs buffets de desserts. Ou encore les soirées occasionnelles de gaufres et de crêpes où l’on pouvait couper le sucre des odeurs de cuisson.
Je suis encore très sensible à la surstimulation auditive et visuelle. Je déteste les environnements bruyants et surpeuplés ou les grandes foules. Chaque fois que je m’y trouve, l’envie de sucré se manifeste systématiquement.

Recalibrage

La chose vraiment intéressante des trente jours sera le recalibrage ou le ré-étalonnage des papilles gustatives. En réduisant ma consommation de sucre concentré, je pourrai réapprécier la douceur subtile présente, par exemple, dans une noix de cajou, dans une purée de citrouille cuite à la vapeur, dans des carottes, dans une pastèque, dans une pâte d’amandes, dans des lentilles germées ou même dans des céréales non sucrées comme le riz cuit. Je pense que ce sera un grand avantage. Pouvoir goûter la douceur naturelle des aliments purs et non transformés sans avoir besoin d’un taux élevé ou d’une overdose de tous ces édulcorants concentrés. C’est comme apprendre à réévaluer la vie dans ses moindres aspects, sans avoir besoin de sensations puissantes et explosives.

Il s’agira en tout cas de retrouver la liberté. Parce que si vous vous trouvez en manque d’un certain goût et que vous éprouvez une envie incontrôlable, vous en devenez l’esclave. D’une émotion qui ne trouve pas de réponse adéquate, et que vous essayez d’anaesthésier avec de la nourriture.
Image avec des yeux d'enfant limpides

La question la plus intelligente

2020 a provoqué un saut de conscience chez un nombre croissant de personnes. Le monde ne sera plus jamais le même qu’avant. C’est bien, car l’ancien modèle avait un besoin urgent de changement.
De plus en plus de personnes se remettent en question et remettent en question leur mode de vie. Merveilleux ! Il était temps.

La question la plus intelligente au monde

En fait, la conversation la plus importante que vous devriez avoir au quotidien est la conversation avec vous-même. Pour défier notre esprit et notre cœur au quotidien. Nous évitons ainsi de vivre « en pilote automatique » et de ne pas tenir consciemment le volant de notre vie à deux mains.
Quelle question devez-vous vous poser à cet égard ? Quelle est la question la plus intelligente au monde ?

Toute personne ayant été enfant ou ayant des enfants connaît cette question inévitable, qu’un enfant de 4 à 5 ans pose constamment à ses parents pendant une certaine période de sa vie, jusqu’à ce que ces derniers deviennent un peu nerveux ou ressentent une légère contrariété monter en eux.
Et cette question est : Pourquoi ?
Oui, la question la plus utile et la plus intelligente au monde vient de la bouche des petits enfants. Pour savoir si vous avez abandonné le volant de votre vie sans vous en rendre compte, il suffit, dans votre conversation quotidienne avec vous-même, de vous poser la simple question « Pourquoi » dans chacun de vos choix et actions, puis d’y répondre le plus honnêtement et le plus sincèrement possible.

Continuez à creuser

Et après cette première réponse, posez-vous à nouveau la question : « Pourquoi ? Tout comme ce petit enfant d’à peine 5 ans l’a fait.
Parce qu’une réponse peut parfois cacher une réponse plus profonde et plus vraie encore. Vous continuez donc à creuser jusqu’à ce que vous ayez identifié la véritable motivation ou le motif de votre choix ou de votre comportement.
Ensuite, tenez-le devant la lumière aujourd’hui, et voyez si ce choix tient toujours en 2021, sachant que la vie est courte et fragile.
Je parie qu’en 2021, beaucoup de vieux comportements seront remplacés par de nouveaux choix !
N’est-ce pas merveilleux ?

Photo d'une route sinueuse dans une forêt.

Rester assis.e en silence

Vous vous demandez peut-être ce que cette image d’une route sinueuse quelque peu négligée, moitié gravier, moitié terre, à travers une forêt, a à voir avec le fait de rester assis sans bouger.
Et bien, la vie prend parfois des tournants bizarres.
Je me suis retrouvé au milieu de la Norvège en 2009 par une curieuse coïncidence. J’y ai séjourné et j’y ai travaillé pendant une semaine à l’invitation d’un agriculteur bio belge émigré. L’après-midi, je partais pour de longues promenades dans le paysage forestier plutôt sauvage.

Au-delà de la frontière

Tout comme ce jour d’octobre. La saison était à cheval entre l’automne et l’hiver, avec des averses de neige occasionnelles. La route sur la photo m’a finalement mené à passer la frontière de la civilisation, quelque part sur un haut plateau.
Là, assis sur un rocher entre la végétation tendant à toutes les nuances et teintes de couleurs, un silence s’est soudain installé.
Mais un silence comme je n’en avais jamais connu auparavant. Je mangeais un sandwich que j’avais apporté avec moi et j’ai été réveillé… par le bruit de mes mâchoires. Je n’avais jamais entendu cela auparavant. J’étais perplexe et j’ai arrêté de manger.
Puis je me suis rendu compte qu’en dehors de moi il n’y avait rien, absolument rien à y entendre.
C’est la première fois que j’ai eu un aperçu du silence absolu.

Peut-être la vie m’y avait-elle conduit, à l’approche de la découverte, plus de dix ans plus tard, que je suis en fait hyper-sensible aux sons depuis mon plus jeune âge. Mon cerveau ne peut choisir entre les nombreux signaux sonores distincts d’un « paysage sonore » qu’avec la plus grande difficulté et au prix de beaucoup d’énergie.

Méditation

Au fait, le yoga est un système complet conçu pour la préparation à la méditation.
La méditation a autant à voir avec le franchissement de frontières qu’avec la confrontation au silence.
Il existe d’innombrables traditions et écoles de méditation. Tous proposent des méthodes pour « faire taire le mental ». Pour amener la conscience au-delà du bruit.
Car outre le fait que pour nos ancêtres, jusqu’à il y a environ deux siècles, notre monde contemporain doît vraiment ressembler à un enfer assourdissant avec tous les trafics, les machines et autres activités humaines incessantes, il y a un autre son qui semble ne jamais s’arrêter.
Et c’est l’incessant « fil de conversation » des pensées qui traversent notre cerveau.

Le courant qui nous contrôle

Ces pensées, forment un flux automatique et sans fin. Un fleuve visqueux, dans lequel des idées intéressantes, des incursions ingénieuses ou des intuitions chuchotées se noient dans un excès de bavardage automatique et plus grossier, constitué en grande partie de fantasmes sur le passé ou le présent. La plupart d’entre eux nous n’en sommes même pas conscient.e.s.
Mais ce flux nous contrôle. Et est responsable de nos émotions et de notre état d’esprit, jour après jour.

Selon la philosophie indienne, le monde a été créé par le son. C’est une belle métaphore de ce que la science moderne a compris entre-temps. Qu’à la base tout est fait de vibration, ou énergie, et que la matière du monde concret n’est ni plus ni moins qu’une énergie plus lourde, « condensée ».
Et de même, vous créez votre monde, à partir de la vibration énergétique que vos pensées provoquent.
Tout ce qui existe dans votre monde est la matérialisation de vos propres pensées. S’il y a du chaos autour de vous, alors c’est une projection du chaos qui existe en vous et que vous alimentez par votre flux de pensées.

Des conseils pour un premier pas

Sans pour autant avoir à adhérer à une école de méditation particulière, vous pouvez faire un premier pas dans la méditation chez vous à la maison.
De quoi avez-vous besoin ?

  • Un endroit où vous ne serez pas dérangé.e
  • Une chaise ou un coussin de méditation qui vous permet de vous asseoir de manière détendue en gardant le dos bien droit
  • Une horloge ou une minuterie de méditation avec un signal sonore

Comment s’y prendre ?

  • Réservez 5 à 10 minutes à un moment fixe de votre journée. Tôt le matin ou le soir avant le coucher sont de bons moments
  • Réglez votre horloge ou votre minuterie de méditation
  • Asseyez-vous avec le dos droit et les yeux fermés
  • Inspirez et expirez lentement et calmement
  • Maintenez le silence

Et prenez conscience de vos propres pensées.
Regardez-les une par une. Chaque fois qu’une pensée se présente, prenez-en note, puis lâchez-la, en faisant attention à votre respiration.

Vous voulez avoir plus de contrôle sur votre vie quotidienne ? Commencez par écouter le son de vos pensées intérieures et apprenez à les connaître.
Commencez avec cinq à dix minutes par jour. Puis passez à des durées plus importantes.

Ce que nous vivons à l’échelle mondiale en cette année 2020 ne peut être ni plus ni moins qu’une invitation claire et convaincante de la part d’une conscience supérieure à cesser nos activités extérieures follement exagérées. Et de rester à la maison et d’apprendre à rester tranquille avec soi-même.

Que signifie être assis avec le dos droit ?

Nous n’avons pas le dos droit par nature. La colonne vertébrale a clairement une forme de S.
Être assis avec le dos droit signifie : garder la colonne vertébrale dans sa forme naturelle et droite.
Cela signifie que vous ne vous autorisez pas à affaisser.

Comment ramener votre dos dans sa courbure naturelle ?

  • Asseyez-vous sur une chaise ou sur un coussin de méditation au sol
  • Pivotez votre bassin vers l’avant comme si vous poussiez votre nombril vers l’avant
  • Marquez comment le bas de votre dos devient légèrement creux à l’arrière de votre corps
  • Ouvrez votre poitrine en amenant votre sternum un peu en avant et relâchez vos épaules.
  • Enfin, placez votre tête et votre cou bien droits et équilibrés au-dessus de votre ceinture scapulaire.

Comment avoir la certitude que le bas de mon dos est en bonne position ?

  • Posez votre main derrière votre dos et touchez le milieu du bas de votre dos.
  • Sentez vous une « fente », comme une petite vallée entre vos muscles lombaires, alors vous êtes bien assis.e
  • D’autre part, si vous sentez les épines de vos vertèbres lombaires pointer vers l’extérieur, vous vous affaissez. Ajustez votre posture en pivotant votre bassin vers l’avant jusqu’à ce que vous ne sentiez plus les saillies.

Une simple soupe de pois cassés

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Toute personne ayant des habitudes alimentaires purement végétales ferait bien de surveiller la proportion de protéines. Les pois et les pois cassés sont une excellente source très bon marché de protéines végétales de haute qualité au spectre riche et varié d’acides aminés. Ils contiennent également beaucoup de glucides complexes et une bonne quantité de fibre précieuse.
Une nourriture de rêve !
Quoi de plus agréable et de plus chaleureux qu’un bon bol chaleureux de soupe aux pois pendant la saison froide ? Et vous pouvez y aller dès le petit déjeuner !

Ce dont vous avez besoin pour environ 1 litre de soupe fraîchement préparée:

  • 150 gr de pois cassés
  • 1 carotte
  • 1 oignon
  • éventuellement un morceau de céleri vert
  • une à une cuillère et demie à soupe d’huile d’olive
  • Des épices telles que : graine de cumin, sarriette, graine de fenouil …
  • poivre et sel au goût

Vous pouvez également ajouter des cubes de bouillon de légumes ou du bouillon en poudre pour parfumer davantage la soupe, mais je n’en suis pas fan moi-même.
Photo de la soupe à pois et ses ingrédients

Etape par étape

  • Laissez les pois cassés tremper dans l’eau pendant quelques heures jusqu’à ce qu’ils soient bien gonflés
  • Rincez-les dans un tamis sous l’eau courante
  • Chauffez l’huile d’olive à feu doux, saupoudrez les épices (graines de cumin, sarriette, fenouil, ou autre, selon votre goût personnel…) et laissez-les frire doucement dans l’huile pendant quelques instants pour libérer leurs saveurs
  • Ajoutez l’oignon et la carotte finement hachés et faites-les frire jusqu’à ce qu’ils deviennent un peu transparants.
  • Versez les pois cassés, mélangez et faites frire brièvement
  • Rajoutez 1 litre d’eau aux légumes et portez à ébullition
  • Le temps de cuisson dépend du type de poêle : environ 35 minutes de cuisson dans une poêle ordinaire. Si vous utilisez une cocotte minute, le temps de cuisson sera réduit à environ 15 à 20 minutes.

Important

Lors de la cuisson des légumineuses, n’ajoutez le sel qu’après la cuisson.
Cela s’applique au sel marin, à la sauce soja salée ainsi qu’à tout bouillon salé en cubes ou en poudre.
Enfin, ajoutez éventuellement du poivre selon votre goût et mixez la soupe à l’aide d’un mixeur batteur ou dans un blender.
Servez-la bien chaude !

Dégustez cette délicieuse soupe simple et fortifiante, avec sa teneur en protéines respectable !
Valeurs nutritionnelles pois cassés

Quel est le meilleur moment pour consommer des protéines ?

Les avis divergent.
Certaines personnes affirment que vous bénéficiez davantage de protéines le matin et à midi que le soir. Il serait préférable de se passer au un lit « léger » avec un système digestif qui a achevé son travail de jour afin que toute l’énergie puisse être consacrée à la récupération la nuit.
D’autre part, la nuit est précisément le moment où la synthèse des protéines et la récupération et la croissance des muscles ont lieu. Selon d’autres auteurs, il est donc judicieux d’inclure des protéines dans votre dernier repas afin qu’elles soient disponibles dans le sang pendant la nuit pour la synthèse des protéines.
C’est vrai qu’il y a de la musique dans ce propos.

Photo de la disparition de graisse

A moitié chemin

Quatre des huit semaines du défi de perte de graisse se sont déjà écoulées.
Alors, comment ça se passe ?

Ce que je fais

(De quoi s’agit-il ?)
Je veux consciemment apporter un changement à mon corps.
Pour ce faire, je sors de ma zone de confort.
Pendant une période de 8 semaines, je me suis mis en déficit calorique conscient d’environ 20%.
En outre, je suis un programme d’entraînement musculaire progressif.

Les premières expériences

Les centimètres disparaissent, lentement mais sûrement.
Je n’étais pas en surpoids au sens classique du terme, et pourtant je voyais et sentais que je me baladais avec trop de graisse. En plus, aux endroits où je préfère ne pas le voir. Pour moi, ce sont les jambes et surtout la taille.

Au niveau du résultat chiffré il y a peu de spectaculaire à rapporter par rapport à ceux et celles qui veulent vraiment se débarrasser de beaucoup de surpoids ou de centimètres. Et puis : c’est comme ça que ça doit être. Chaque corps est unique. Se comparer aux autres est souvent la fin du plaisir. Il est donc préférable de regarder dans sa propre assiette. Tout comme dans la pratique du yoga.
Chaque lundi, je démarre ma semaine avec un poids de départ moins élevé.

Physiquement parlant, ce n’était pas facile au début :

  • Il y a eu des jours où je me suis senti plus faible et où le son de ma voix semblait plus faible aussi
  • Les premières semaines, mon sommeil était nettement pire
  • L’apport plus élevé en protéines n’a pas été complètement satisfaisant les premières semaines. Maintenant, ce désagrément semble résorbé
  • Les sessions de musculation étaient parfois dures, surtout lorsqu’on mange nettement moins

En avant, marche …

Mentalement, je me sens renforcé. Le défi, ainsi que les devoirs, les diagrammes et les tableaux correspondants :

  • aident à me fournir une structure
  • me titillent à être plus rigoureux
  • me confrontent à certains de mes traits de caractère plus faibles, tels que la paresse, la procrastination, la facilité
  • m’incitent à faire du nettoyage et me débarrasser du superflu dans d’autres domaines de ma vie, tout comme « me débarrasser du trop » dans mon corps
  • me mettent au défi et me rendent curieux d’en savoir plus et de comprendre plus
  • font en sorte à ce que je prenne des engagements ailleurs

Emotionnellement c’est parfois un peu difficile :

  • Les premières semaines, j’étais de mauvaise humeur, je marchais sur la pointe de mes pieds
  • A plusieurs reprises, j’ai succombé à la tentation de manger plus que j’étais autorisé ce jour-là, et par la suite j’ai été déçu et un peu en colère contre moi-même
  • Certaines doutes existentielles me rongent parfois encore … Pourquoi est-ce que je fais cela ? N’est-ce pas simplement du nombrilisme ?

Les premiers bénéfices se voient et se font ressentir

Il y a un résultat visuel et à l’intérieur, c’est très différent.

  • Autour de ma taille et sur mon ventre les muscles sous-jacents deviennent visibles
  • J’ai plus de force dans les jambes et de mobilité dans les articulations des hanches
  • Je suis plus stable
  • Dans ma pratique de yoga, je ressens l’espace et la légèreté supplémentaires autour de mon ventre

Il y a, physiquement parlant, moins « d’obstacles ».

Les points d’apprentissage les plus importants

Qu’est-ce que j’apprends sur moi-même et de tout ce processus :

  • Le grand pouvoir de la gestion des calories et le contrôle du rapport entre les trois macro-nutriments (glucides, protéines, graisses)
  • Tous les excès de poids et de graisse peuvent être attribués à un « excès », un “trop”. Manger systématiquement trop par rapport à notre niveau d’activité physique
  • Même avec l’estomac plein, juste après un repas, je continue à tout de même avoir un appétit pour « quelque chose d’extra ». À ces moments-là, il ne s’agit pas d’une faim physique ou d’une nécessité. Alors, c’est quoi ? Qu’est-ce que je fais avec ça ?
  • J’avais une tendance à boire généralement trop peu. Boire plus d’eau est mieux que je ne le pensais

Les choses à explorer

Toute l’histoire des protéines est encore douteuse. Dans le cadre de ces huit semaines de perte de graisse consciente, avec la combinaison du calcul des calories, la modération de l’apport calorique et l’entraînement musculaire, on attend aussi de moi à ce que je mange aussi beaucoup de protéines supplémentaires.
Est-ce vraiment nécessaire ? Ou cela fait-il partie du fameux mythe protéique ? Le mythe selon lequel la carence en protéines nous attend à chaque coin de rue, et suite à laquelle la majorité des Occidentaux consomment beaucoup trop de protéines… .
Je joue maintenant le jeu selon les règles du défi.

Quel sera le vrai défi ?

Maintenir ce beau résultat (qui ne sera meilleur que dans 4 semaines) et ainsi devancer les fluctuations apparemment aléatoires du passé.
Compter les calories demande du travail et de la discipline. Je le trouve très utile. Il vous met le nez dans les faits. Fini les devinettes, les fantasmes ou le travail au doigt mouillé.
Mais peut-être que je ne pourrai pas toujours trouver le temps de faire cet enregistrement. Nous allons donc peut-être évoluer vers une façon de manger un peu plus intuitive.
Qui permet de maintenir le poids et la constitution du corps en bonne condition, sans enregistrer quotidiennement les aliments consommés.

Je me rends compte qu’il s’agit de bien plus que d’un simple selfie nombriliste. C’est une image de l’intérieur aussi bien que de l’extérieur. Changer son corps, c’est changer son mental et vice versa.

Photo d'une douchette nasale néti

Le rinçage néti

La voie du yoga est une voie de développement personnel, menant à l’expérience de ce que l’on appelle « l’essence divine ».
C’est un état dans lequel tout le superflu, toutes les illusions, tous les fardeaux, qu’ils soient de l’ordre mental, émotionnel, physique ou énergétique, ont été libérés.
Cela suppose donc un profond nettoyage à tous les niveaux. Cette « purification », et surtout le maintien de cet état de pureté, est une condition préalable à une bonne méditation, afin d’être capable de percevoir les mouvements les plus subtils de la conscience.
C’est un solide fond de vérité. Une couche émotionnelle déchirée par des émotions violentes, un esprit embourbé ou trop excité par une alimentation inappropriée ou trtop lourde, ou un corps aux prises avec un degré élevé d’obésité ou trop de toxines ne sont pas propices à une concentration pointue ou à une méditation sereine.

La pureté

Les anciens textes de yoga contiennent donc relativement beaucoup d’instructions sur la pureté et l’hygiène. Pureté du corps, pureté de l’alimentation, pureté par rapport à la relation à soi-même, aux autres et au monde.
Le terme sanskrit pour la pureté est saucha.
La pureté du corps était prise au sens littéral. La purification quotidienne de toutes les ouvertures du corps en fait également partie. Le but était d’enlever toutes sortes de saletés qui s’étaient accumulées et incrustées dans le corps.
Rincer le gros intestin par des lavements, avaler une longue barre de textile qui est ensuite lentement retirée. Ou encore, boire une grande quantité d’eau chaude fortement salée et ensuite vomir tout le contenu de l’estomac. Tout cela faisait partie du processus et ressemblait parfois à de l’autoflagellation.

Le rinçage nasal

Toutefois, certaines de ces pratiques sont facilement réalisables et très utiles à l’être humain contemportain du 21ième siècle. L’une d’elles est le rinçage quotidien du nez à l’eau salée tiède.
Je l’ai appris à l’époque où je pratiquais encore le Kundalini yoga. Entre-temps, j’ai abandonné ce type de yoga. Mais je continue à faire le rinçage nasal presque tous les jours jusqu’à aujourd’hui.
Avec le renoncement aux produits laitiers, ce rinçage nasal est également responsable du fait que depuis plus de 7 ans maintenant, je ne souffre presque plus jamais de rhumes nasaux.
Photo du matériel pour le rinçage nasal

De quoi avez-vous besoin ?

De très peu en réalité !

  • Une douchette nasale
  • Une solution de sel de mer ou de sel d’Himalaya dans de l’eau
  • Une bouilloire ou un chauffe-eau
  • Chaque matin, 5 minutes de discipline

La solution saline

Le sel de mer et le sel d’Himalaya sont les plus proches du sel tel qu’il se présente dans la nature. Après tout, outre le chlorure de sodium ordinaire, ils contiennent d’innombrables autres sels et minéraux.
Quelle doit être sa concentration ?
Lorsque j’ai entendu parler pour la première fois du rinçage de nez, il n’y avait pas de clarté ni d’information claire à ce sujet dans le monde de la Kundalini. Les gens faisaient ce qu’ils voulaient, et parfois cela semblait être une forme de compétition de dureté : plus il y avait de sel, mieux c’était. Plus l’expérience donnait une sensation de brûlure dans le nez, mieux c’était.
Mais aujourd’hui, nous allons faire appel à notre bon sens et, surtout, traiter notre corps avec amour et respect. C’est pourquoi il est bon de commencer à examiner la concentration interne naturelle en sel du corps, et de prendre cela comme point de départ pour un mélange efficace et agréable. Dans un rapport qui purifie bien le nez et ne provoque qu’une activation légère, plutôt agréable, des muqueuses.
La concentration en sel naturel de notre corps est d’environ 8,5 à 9 grammes de sel par litre.

Une bouteille de réserve avec une solution mère

C’est une façon très pratique de travailler, qui permet d’avoir chaque jour une bonne eau de rinçage à bonne température :

  • Prenez une bouteille en verre d’un litre, avec un bouchon céramique refermable
  • Pesez environ 20 à 25 grammes de sel
  • Renfilez le sel dans la bouteille, puis remplissez presque entièrement la bouteille avec de l’eau chaude du robinet.
  • Agitez le mélange jusqu’à ce que le sel soit complètement dissous.
  • Remplir d’eau froide jusqu’à ce que la bouteille soit pleine.

Vous avez maintenant une bouteille avec une solution saline de 20 à 25 grammes par litre. C’est deux fois plus concentré que ce dont vous avez besoin.

Le rinçage quotidien

Maintenant, au léver du matin, procédez comme suit :

  • Prenez un verre avec à peu près le même contenu que votre cruche neti
  • Remplissez la moitié du verre avec la solution saline de la bouteille de stockage
  • Remplissez l’autre moitié avec de l’eau bouillie chaude
  • Versez le mélange dans votre neti jug
  • Laissez refroidir un peu plus si nécessaire
  • Mettez-vous debout avec la tête inclinée au-dessus d’un évier ou d’un lavabo
  • Insérez le bec de la cruche dans votre narine supérieure et versez le liquide dans celle-ci.
  • Laisser l’eau s’écouler par la cavité nasale interne et par la narine inférieure
  • Vous pouvez, si vous le souhaitez, entre le liquide de rinçage salin en vous tenant debout et en respirant la tête légèrement vers l’arrière par le nez en faisant « un gargarisme nasal »
  • Répétez le rinçage d’eau avec votre tête dans l’autre sens jusqu’à ce que la cruche soit vide
  • Enfin, videz avec force chaque narine pour éliminer les impuretés restantes.

Il suffit de rincer la cruche avec de l’eau après utilisation pour l’entretenir.

Respirer librement

En vous nettoyant le nez de cette manière au début de chaque journée, vous vous assurez d’avoir des fosses nasales propres dans lesquelles les saletés ne peuvent stagner. Après tout, c’est précisément dans ces déchets que les bactéries et les virus peuvent se nicher davantage, et trouver ensuite leur chemin vers l’intérieur et y être la cause de rhumes ou de grippes.

De plus, après le rinçage, vous éprouvez l’agréable sensation d’une respiration libre et sans entrave, ce qui est également bénéfique pour votre pratique du yoga le matin.

Les petites cruches néti en porcelaine blanche de fabrication allemande sont disponibles dans le studio de yoga.
Le prix est de 22,00 euros par pièce.
Envoyez-nous un e-mail si vous voulez réserver un exemplaire pour vous.

Le seitan doux-épicé

Le seitan doux-épicé

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Vous êtes passé à un régime alimentaire végétalien et vous ressentez une nostalgie pour quelque chose comme des « carbonades flamandes” ou un ragoût ?
Considérez alors le seitan.
Le seitan est connu depuis des siècles dans la cuisine orientale et plus particulièrement japonaise. Il est fait de poudre de gluten. Le gluten est la protéine que l’on trouve dans le blé et d’autres céréales. Il n’y a rien de mal à cela en soi. Ce n’est qu’une puissante source végétale de protéines.
Aujourd’hui, il est disponible sous de nombreuses formes comme substitut de viande standard dans les magasins bio et, de plus en plus, dans d’autres magasins également. En tranches, en morceaux ou sous forme hachée.

« Stoverij » ou “carbonades à la flamande” est un plat typiquement belge (flamand) qui est traditionnellement préparé avec de la bière.
Le Seitan s’y prête très bien. Mais on peut vraiment tout en faire. Regardez cet exemple de préparation douce-épicée de style oriental :

Pour environ 2 portions de ragoût végétal:

  • 200 gr seitan « suprème » ou seitan ordinaire
  • 50 gr d’oignon
  • 3 gousses d’ail
  • 150 gr de poivrons rouges et/ou jaunes
  • 3 cuillères à soupe complètes de pâte de curry madras rouge (ou toute autre pâte de curry de votre choix)
  • une cuillère à café de graines de cumin
  • une cuillère à café de graines de moutarde
  • 2 cuillères à soupe de tamari, ou de sel de mer au goût
  • ca 200 ml d’eau
  • Une cuillère à soupe de farine de blé ou d’épeautre pour épaissir la sauce. Le maizena ou kuzu font tout aussi bien l’affaire.

Photo de la préparation au seitan

Voici comment préparer:

Le seitan prêt à l’emploi ne nécessite aucun prétraitement. Si c’est un gros morceau de seitan, coupez-le en plus petits morceaux avec des ciseaux ou un couteau.

  • Mélangez l’oignon et l’ail et coupez le poivron en morceaux
  • Laisser une cuillère à soupe d’huile d’olive se réchauffer à feu doux dans une cocotte-minute ou dans une poêle ordinaire.
  • Saupoudrez d’abord les herbes dans l’huile chaude. L’huile absorbera l’arôme.
  • Ajoutez l’oignon et l’ail et laissez frire pendant un court moment.
  • Mettez les morceaux de seitan et faites frire brièvement, en remuant.
  • Ajoutez la pâte de curry et le tamari et mélangez bien
  • Ensuite ajoutez le poivron et mélangez-le avec le seitan
  • Finalement verser l’eau, fermer la casserole

Irrésistible

Utilisez de préférence une cocotte-minute. Ainsi, vous conservez une plus grande partie de la valeur nutritive et le processus de cuisson prend beaucoup moins de temps et d’énergie.
Dans une cocotte-minute, le tout est prêt après avoir mijoté sous pression de vapeur pendant environ 15 minutes.
Comptez 25 minutes pour une casserole classique.
Ensuite, vous pouvez épaissir la sauce en diluant la farine avec un peu de liquide de cuisson, puis l’ajouter à la préparation.
C’est tout.
Je vous garantis, vous risquez de tout manger d’un seul coup, tellement c’est savoureux ! La version « suprème » du seitan a vraiment tendance à fondre dans la bouche.
Bien entendu, rien ne vous empêche d’ajouter d’autres légumes ou d’utiliser d’autres herbes ou des herbes supplémentaires. Votre goût est la norme.
Bon appétit !

Gluten ou pas de gluten

Parce qu’il y a de plus en plus de personnes souffrant d’une allergie au gluten, dont la cause est exclusivement attribuée au gluten, manger des protéines de blé est de plus en plus découragé.

Je pense personnellement que c’est injuste. Il est vrai que le gluten, comme d’autres protéines, par exemple d’origine animale, est relativement dur à digérer. Mais si vous êtes en bonne santé et ne souffrez pas d’intolérance au gluten, il n’y a aucune raison de l’éviter.

Ce qui est vrai, c’est que le blé moderne a évolué génétiquement au fil des décennies et n’est plus le même que celui que connaissaient nos ancêtres. Cela peut également expliquer la digestibilité plus difficile du blé moderne. Il existe d’autres céréales en vente dans les magasins biologiques qui se rapprochent de la structure et de la composition du blé d’origine. Il s’agit du kamut et de l’épeautre ou petit-épeautre.

Troisièmement, le pain industriel moderne n’est plus aussi “pur” que le pain d’antan. Pour un pain tout court, il suffit de 4 ingrédients :

  • une farine (grain moulu)
  • de l’eau
  • de la levure ou du levain
  • du sel (de mer)

Le pain industriel moderne contient parfois jusqu’à 20 ingrédients différents, principalement pour lever plus rapidement, et pour influencer le goût et l’arôme du produit final.

Il est certain que le gluten, lorsqu’il passe non digéré ou partiellement non digéré à travers la paroi intestinale, provoquera des dégâts ou des réactions allergiques plus loin dans le corps.
D’autre part, il n’existe aucune indication concluante que ce même gluten est également responsable de la détérioration et de la dégénérescence de la paroi intestinale et de la flore intestinale protectrice. Celles-là peuvent être dûes à d’autres causes. Par exemple, un régime alimentaire insuffisamment varié, avec trop de glucides raffinés, trop de sucre ajouté, trop de mauvaises graisses, trop peu de fibres, et surtout des aliments transformés industriellement. La flore intestinale meurt, la paroi intestinale se désintègre par perte et manque de minéraux et perd son effet protecteur : des ouvertures trop grandes apparaissent.

Tomates, basilique ail

Sauce tomate probiotique

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

L’été, c’est la saison par excellence des tomates rouges écarlates, mûres, juteuses et pleines de saveur. Elles sont disponibles en abondance et à prix modérés, de culture locale. Par contre, nous avons la tendance à consommer des tomates tout au long de l’année. Les tomates sont tout simplement l’une des légumes les plus populaires, aussi bien dans une cuisine saine que dans la cuisine fast food. Les tomates d’hiver ont peu de goût et sont toujours importées ou cultivées dans des serres chauffées, avec par conséquent une empreinte écologique considérable. De ce fait, beaucoup de personnes tranforment leurs tomates fraîchement récoltées en été afin de pouvoir les conserver pour un usage dans la saison froide.

Sauce tomate

Plusieures options existent:

  • préparer une sauce tomate classique cuite et la congeler
  • préparer une sauce tomate crue et la congeler
  • sécher les tomates au soleil ou les deshydrater

Chacune des démarches ci-dessus consomme de l’énergie, pour la cuisson, la deshydratation en la congélation ensuite parfois pendant plusieurs mois. Sécher au soliel à l’air libre n’est pas une option dans notre climat. Et la cuisson des tomates en réduit inévitablement la qualité nutritionnelle.
Nous avons la chance de disposer d’une manière de transformation naturelle et peu énergivore, qui permet par-après la conservation de la sauce tomate à température ambiante, pendant un an. Nous faisons cela par le processus de la fermentation des tomates avec un peu de sel de mer, de l’ail et des herbes fraîches.

Les ingrédients et ustensiles pour un bocal de 1 kg ou 2 bocaux de 500 gr:

  • 1 kg de tomates, pelées et épépinés
  • 10 gr de sel de mer
  • 2 gousses d’ail
  • un bouquêt de basilic frais ou de persil plat frais
  • un bocal en verre d’un litre ou 2 bocaux de 500 ml

Étape par étape

  • Éplûchez les tomates. C’est facile quand vous les plongez brièvement dans une casserole d’eau bouillante. La peau des tomates se fissure et quand vous les sortez de l’eau et rincez, elle peut facilement être enlevée.
  • Épépinez les tomates et coupez-les en petits morceaux.
  • Hâchez les gousses d’ail et ciselez les herbes.
  • Mélangez le tout dans un bol avec le sel de mer.
  • Versez le tout dans des bocaux en verre et fermez-les hermétiquement.
  • Laissez ensuite fermenter pendant une quinzaine de jours. Les 5 à 7 premiers jours à la température ambiante estivale, puis un peu plus fraîche (entre 15 à 20 °C).

La sauce de tomates ainsi préparée et fermentée se tiendra facilement pendant un an sans avoir besoin de réfrigération supplémentaire.
Elle constitue une addition parfaite à vos sauces, pâtes ou sur des fonds de pizza.

Un plat avec du tofou épicé

Le tofou épicé

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Je vous invite à redécouvrir l’un des basiques des substituts de viande. Une des “mères archétypiques” des substituants de viande c’est le tofou, le simple tofou blanc. Connu dans la gastronomie orientale depuis des siècles. Le lait de soja est caillé à l’aide du nigari, un sel de calcium, et ensuite la matière solide ainsi obtenue est pressée en blocs. C’est un peu comme la production de fromage, mais de façon végétale.
Le tofou qui digère le mieux c’est le tofou fermenté. Il a un goût légèrement acidulé, assez agréable. Le tofou blanc est sans goût. Alors une marinade sera la bienvenue, avant de le frire à la poêle ou le griller au four.

Ci dessous un simple exemple d’une marinade pour le tofou à inspiration orientale.

Pour un bloc de tofou bio de 400 grs vous prenez:

  • 3 cuillères à soupe de tamari of shoyu, c’est la sauce de soja foncée
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre ou vinaigre blanc du riz (le mirin)
  • Une demie cuillère à soupe de sirop de riz ou de sirop d’agave
  • Un bon morceau de gingembre frais, finement ciselé
  • Des épices orientales au choix

Exemple d’un mélange bien épicé:

  • 2 cuillères à café d’une mélange d’épices Indonésiennes
  • Un quart de cuillère à café de chili moulu
  • Un quart de cuillère à café de poivre noir moulu

Il y a bien sûr moyen d’expérimenter avec le mélange d’épices. Il ne faut pas de sel, la sauce de soja apporte suffisamment de sel.

Pour la préparation:

  • Si le tofou est un peu humide et pas très solide, ça vaut la peine d’en enlever le trôp de liquide en le pressant entre deux surfaces.
  • Mélangez les ingrédients humides et secs de la marinade dans un petit bol. Mélangez bien.
  • Coupez le tofou en tranches et posez-les dans un grand bol.
  • Versez-y la marinade et bougez bien les tranches de gauche à droite pour que elles soient toutes imbibées de la marinade.
  • Couvrez le bol.
  • Laissez reposer au moins pendant une heure ou une nuit entière au réfrigérateur.

Puis votre tofou est prêt à être frit ou grillé.
C’est déliceux en complément de plats de légumes et de céréales.
Savourez cette source de protéine riche en calcium et en fer, exempte de viande!
Bon appétit!

Les nouveaux substituts pour la viande

“Ça sent l’argent …” a dû se dire l’industrie alimentaire depuis les dernières années, et je parle alors depuis 2017, à cause de la demande toujours croissante de produits végétariens et végétaliens. On voit maintenant apparaître dans les rayons des grandes surfaces de nombreux sortes de nouveaux substituts de viande . Du point de vue des animaux, c’est en soi une bonne évolution, car chaque humain qui laisse tomber de temps en temps un repas de viande égale moins d’animaux vers l’abattage. En somme, c’est ce que nous espérons.

Mais il y a plus de paille que du grain. Ces substituants de la viande ne sont pas du tout des champions au niveau de la santé. Il y a beaucoup de ces choses panées à la chapelure, et croyez-moi, quelque chose qui est habillé en chapelure gaiement colorée a très souvent quelque chose à cacher au niveau de sa composition.