Archives du mot-clé vegan

Boules d’énergie aux noix et fruits sêchés

Yoga kitchen – Simple, saine, et à base de plantes

Petites bombes énergétiques

Les fruits secs et les noix font partie des aliments à haute densité énergétique.
Tout d’abord, elles sont très nutritives : elles contiennent de nombreux minéraux et les noix contiennent des graisses saines. En outre, ils contiennent une quantité relativement élevée d’énergie par unité de poids, exprimée en calories. Il suffit d’en manger relativement peu pour atteindre rapidement un apport calorique décent.
Cependant, les calories ne sont qu’un moyen imparfait de mesurer la valeur nutritionnelle. Vous pouvez en lire plus à ce sujet en bas de page.

Dans l’exemple ci-dessous, nous combinons des noix et des fruits secs pour créer une délicieuse collation à base de plantes que vous pourriez même manger au petit-déjeuner. Et tout cela avec des produits bruts, non transformés, sans sucres ajoutés.

De quoi avez-vous besoin ?

Le nombre de boules dépendra de la taille que vous leur donnez.
Vous obtenez environ 320 grammes de produit avec les quantités proposées ci-dessous.
Cela correspond avec environ 24 pièces d’un diamètre d’environ un centimètre et demi.
Prenez 80 grammes de chacun des produits repris ci-dessous :

  • noix de cajou ou amandes blanches
  • coco râpé
  • raisins

Le tamarin est également appelé la datte indienne. Le fruit est également bien connu en Amérique du Sud et dans le reste de l’Asie du Sud-Est. Les graines du tamarin sont dures comme de la pierre, reaison pour laquelle on les enlève. Vérifiez attentivement sur l’emballage pour vous assurer que vous avez la version dénoyautée. La pulpe de tamarin est vendue en sachets d’environ 150 g à 200 g dans les magasins asiatiques et indiens. Le tamarin a une saveur agréable, fraîche et aigre-douce.

Voici comment on façonne les boules d’énergie

  • Coupez la pâte de tamarin en petits morceaux avec un couteau bien aiguisé. Retirez les graines restantes.
  • Ajoutez les noix dans le bol d’un robot culinaire et broyez-les par coups de pulsation pour obtenir une poudre fine et granuleuse.
  • Ajoutez la noix de coco râpée et pulsez quelques fois de plus.
  • Mettez de côté le mélange de noix et de noix de coco finement broyé.
  • Maintenant, ajoutez le tamarin et les sultanines dans le bol du robot et broyez les, d’abord par coups de pulsation.
  • Continuez à broyer le tamarin et les sultanines jusqu’à ce qu’une consistance collante et pâteuse se forme.
  • Puis pétrissez bien le mélange de fruits avec le mélange noix-coco à la main.
  • Roulez des boules de taille approximativement égale entre vos doigts et vos mains.
  • Les boules se conserveront une semaine entière dans un récipient fermé au réfrigérateur.

Ce pétrissage est un travail costaud pour les doigts et les mains ! De quoi vous muscler les avant-bras !

Prenez la recette ci-dessus comme modèle général pour ce type d’en-cas sain.
Vous pouvez réaliser vos propres combinaisons à partir des ingrédients suivants :

  • Noix telles que : noix, noix de pécan, amandes, noix de cajou, noisettes …
  • Céréales complètes telles que : sarrasin, flocons d’avoine ou autres flocons de céréales …
  • Fruits secs tels que : sultanines, cranberries, prunes, abricots, figues, dattes …
  • Epices telles que : poivre, cannelle, noix de muscade, cardamome, …

Utilisez votre créativité et laissez-vous guider par vos goûts et ce dont vous disposez.
Achetez de préférence les ingrédients issus de l’agriculture biologique en vrac, ce qui permet de réduire encore les déchets d’emballage, tout en étant souvent moins cher.

Valeur nutritionnelle approximative de ces boules énergétiques, pour 100g de produit :

Énergie Glucides Sucres Graisses Graisses sat. Protéines Fibres Sel
459,5 kcal 48,6 g 29,8 g 28,7 g 15,3 g 8,5 g 10,8 g 0,032 g

Compter les calories, est-ce que ça a du sens ?

La valeur énergétique d’un produit alimentaire, exprimée en calories, est la quantité d’énergie théoriquement calculée qui serait libérée si l’on réduisait le produit alimentaire en cendres dans un récipient fermé et que l’on mesurait ensuite la quantité d’énergie thermique libérée au cours du processus.
Mais bien sûr, nous, les humains, ne sommes pas un récipient fermé, et nous ne réduisons pas nos aliments en cendres !
De plus, l’énergie de nos aliments agit sur nos organes d’une manière bien plus complexe que la simple énergie thermique.
Par exemple, votre corps ne réagira pas du tout de la même façon à 1000 kcal de chou-fleur cuit à la vapeur qu’à 1000 kcal de smarties ou de toute autre sucrerie commerciale dangereusement malsaine.
En outre, le fait de manger 1000 kcal d’aliments, quels qu’ils soient, ne signifie pas que votre corps en absorbera également 1000 kcal. Certains de vos aliments seront digérés, d’autres non. Cela dépend aussi de l’état de santé de votre système digestif individuel peut. En effet, beaucoup de choses dépendent de l’état et de la diversité de votre flore intestinale.

Dans quelles situation compter ses calories peut avoir du sens ?

Les calories sont donc une mesure très, très relative de l’apport nutritionnel d’une personne et donnent peu voire même pas d’informations pertinentes.
Ils ne sont utiles que si vous avez un régime alimentaire qui est déjà varié et équilibré.
Dans les cas suivants, à condition d’une alimentation équilibrée, il peut éventuellement être judicieux de surveiller et d’ajuster temporairement votre apport calorique :

  • Si votre poids est vraiment trop bas et que vous devez prendre du poids pour des raisons de santé.
  • Si votre poids est vraiment trop élevé et que vous devez perdre du poids pour des raisons de santé.
  • Ou si vous souhaitez développer vos muscles ou perdre de la graisse de manière contrôlée dans le cadre d’un programme de musculation (body-building).

Dans ces cas, il s’agit d’éliminer les excès ou les carences alimentaires et de créer un meilleur équilibre. L’apport calorique sera l’outil pour mesurer et adapter les quantités de nourriture.

Quelle est la bonne taille de portion pour un repas ?

C’est une idée fausse de penser que l’on doit manger jusqu’à avoir l’estomac plein.
Il est parfois dit dans les enseignements ayurvédiques sur la santé que vous devez servir dans votre assiette un volume de nourriture de la taille de vos deux poings par repas. Cela a du sens quelque part. Après tout, notre estomac est un organe très élastique. Plus on mange, plus l’estomac s’étire. La mauvaise nouvelle, c’est qu’une fois étiré, il conserve son plus grand volume, ce qui permet de facilement manger un peu trop la prochaine fois. Cela devient donc un cercle vicieux à long terme.
Pour terminer, un conseil en or pour une meilleure digestion et une meilleure santé : mâchez toujours le plus longtemps possible avant d’avaler.

Lire plus sur la santé et l’alimentation végétale:

Voici d’autres articles sur l’alimentation à base des plantes et la santé:

Lire plus sur l’alimentation végétale

En savoir plus sur le yoga et les cours de yoga à Schaerbeek:

Regardez notre offre de cours de yoga:

Notre offre complète de cours de yoga

Photo d'une purée d'haricots sur un pain pita

La purée de fêves

Yoga kitchen – Simple, saine, à base de plantes

Quand les haricots deviennent tartinables

Enfant, j’avais une aversion pour les haricots. Il s’agissait de haricots blancs, souvent dans une sauce tomate peu inspirante, provenant de boîtes de conserve. Heureusement, nous n’en avons pas mangé très souvent.
Les choses sont différentes maintenant ! Je mange des haricots presque tous les jours. Les haricots sont un ingrédient indispensable dans une cuisine saine à base de plantes.
Ils sont relativement riches en protéines végétales et contiennent également beaucoup de fibres et de minéraux utiles.

Il existe d’innombrables variétés différentes, dont beaucoup sont locales. Ces dernières années, j’ai été assez fan des haricots grecs, multiformes et multicolores.
Pour la recette ci-dessous, vous pouvez en fait utiliser n’importe quel type de haricot.
J’aime cuisiner à partir des haricots secs. Ils sont très bon marché et vous pouvez les acheter en vrac.
Cela contribue à la réduction des déchets d’emballage.

Pour presque un kilo de pâté de fèves, vous aurez besoin de :

  • 200 g de haricots secs
  • Une grosse carotte
  • Un oignon de taille moyenne
  • 40 g de tomates séchées
  • Une gousse d’ail (facultatif)
  • De la sarriette, entre deux cuillères à café et une cuillère à soupe
  • Un peu d’algues, par exemple une cuillère à soupe de laitue de mer séchée
  • Une cuillère à café des herbes suivantes:
    • Thym
    • Origan
    • Graines de fenouil
    • Poudre de paprika
    • Curcuma (facultatif)

Photo des ingrédients d'une purée d'haricots
Le curcuma donne à votre tartinade de haricots une couleur plus chaude. Le curcuma est une épice dont la réputation en matière de santé est très respectable ; il possède notamment des propriétés anti-inflammatoires. La sariette est une herbe classique de chez nous qui améliore fortement la digestibilité des haricots.
Vous pouvez bien sûr adapter le mélange d’épices suggéré. Laissez libre cours à votre créativité.

Préparation

  • Faites tremper les haricots secs dans l’eau pendant 24 heures. Ils vont gonfler et prendre vie.
  • Coupez les tomates séchées en morceaux et faites-les tremper dans un peu d’eau également.

Comment cuire correctement les fèves ?

  • Jetez l’eau de trempage des haricots et rincez-les brièvement sous le robinet. Egoutter brièvement.
  • Cuisez les haricots jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Le mieux est de le faire dans un autocuiseur (une cocotte minute) :
    • Submergez complètement les haricots dans l’eau (+2 à 3 cm) et mettre la casserole sous le feu. N’ajoutez pas de sel !
    • Portez l’eau à ébullition. Selon le type de haricot, de la mousse blanche montera à la surface.
    • Retirez la mousse avec une écumoire jusqu’à ce que presque aucune mousse ne remonte à la surface
    • Ajoutez 1 à 2 cuillères à café de sarriette et 1 cuillère à café d’algues (laitue de mer ou autre algue)
    • Maintenant, fermez l’autocuiseur, mettez sous pression et faites bouillir pendant environ 45 minutes
    • Éteignez le feu après le temps de cuisson et relâchez lentement la pression

Voici comment préparer les légumes

  • Dans une casserole, portez un peu d’eau à ébullition, saupoudrez les herbes de votre choix (ex : graines de cumin, thym, origan, graines de fenouil…)
  • Ajoutez l’oignon finement haché et laissez-le devenir légèrement glacé
  • Ensuite, ajoutez la carotte pelée finement coupée et les tomates trempées, avec leur eau de trempage
  • Couvrez et laissez tout continuer à mijoter ensemble pendant 3 à 4 minutes
  • Éteignez le feu et laissez refroidir un peu

Voici comment réduire le tout en purée d’haricots

  • Amenez les légumes en ragoût dans un robot ménager
  • Ajoutez les haricots cuits et refroidis. Gardez une partie du liquide de cuisson de côté
  • Puis, ajoutez deux généreuses cuillères à soupe de pâte de sésame (le tahin)
  • Mélangez, d’abord à vitesse lente, puis à vitesse rapide jusqu’à obtenir une texture lisse de purée
  • Goutez et ajoutez du poivre noir et une quantité généreuse de curcuma si nécessaire
  • Divisez la pâte à tartiner aux haricots entre deux bocaux d’environ 500ml de capacité. Fermez-les hermétiquement
  • La purée de haricots obtenue ainsi se conserve une semaine au réfrigérateur

Si le mélange est trop sec, ajoutez quelques cuillères à soupe du liquide de cuisson des haricots jusqu’à ce que la consistance vous convienne.
Il est important de cuire les haricots sans sel.
Si vous faites cuire les haricots dans de l’eau salée, leur peau durcit et il faut jusqu’à deux fois plus de temps pour qu’ils soient tendres.
Dans la recette ci-dessus, il n’est pas nécessaire d’ajouter du sel supplémentaire. Après tout, la plupart des tomates séchées sont salées en elles-mêmes. C’est pourquoi nous incluons également l’eau de trempage des tomates dans la recette.
Si vous avez des doutes sur le fait que vos tomates séchées soient déjà salées ou non, goûtez l’eau de trempage avant de les ajouter.

La variété infinie des légumineuses

Si vous regardez un peu dans les magasins bio et les supermarchés d’alimentation asiatiques, vous tomberez presque à la renverse devant la variété de formes et de couleurs des haricots et des lentilles. On est loin de la monotonie des “haricots blancs à la sauce tomate”. Les variétés régionales grecques et italiennes sont particulièrement frappantes.
Si vous mangez chaque jour une combinaison de céréales et de légumineuses, cela constitue en soi une base quotidienne solide pour couvrir vos besoins en protéines.
Si vous êtes un athlète intense, que vous faites un travail physique lourd ou que vous n’aimez pas les légumineuses, alors les sources de protéines végétales plus concentrées comme le tofu, le tempeh et le seitan sont recommandées pour sécuriser votre apport en protéines par les plantes.

Les légumineuses sont-elles facilement digestibles ?

Comme pour tout aliment que vous ajoutez à votre menu pour la première fois, il faudra quelques semaines pour que votre flore intestinale s’adapte. Il peut y avoir quelques flatulences au début.
Il est vrai que les légumineuses, et les fèves en particulier, sont enrobées de certaines substances qui inhibent la germination prématurée de la fève. Ce sont les fameuses lectines. Ceux-ci inhibent en effet la digestibilité des légumineuses.
Par conséquent, utilisez quelques techniques simples pour éliminer pratiquement totalement ces substances :

  • Faites tremper les légumineuses seches pendant au moins une nuit et jetez l’eau de trempage
  • Éliminez la mousse qui monte à la surface en début de cuisson
  • Cuisez les haricots et les lentilles assez longtemps pour qu’ils soient vraiment bien tendres
  • Mâchez les haricots et les lentilles suffisamment longtemps avant de les avaler

Pour les haricots, la cuisson adéquate représente facilement une heure et 15 minutes, voire une heure et demie dans une casserole ordinaire. Avec un autocuiseur, vous réduisez le temps de cuisson à 35 à 45 minutes. Un peu d’expérimentation porte ses fruits !

Peut-on manger des légumineuses crues ?

Vous pouvez faire germer les lentilles et les haricots pendant quelques jours dans un bocal à germination ou dans un germoir. Tout d’abord, laissez-les sous l’eau pendant 24 h, puis maintenez-les humides. Rincez-les une ou deux fois par jour.
Les haricots et les lentilles germés sont délicieux dans les salades.

Photo d'une panna cotta végétale

La panna cotta végétale

Yoga kitchen – Simple, saine, à base de plantes

Coco et compagnie

Vous pouvez faire une version purement végétale d’à peu près tout. La cuisine italienne, par exemple, est riche de toutes sortes de desserts lactés à base de crème et de fromage frais. Saviez-vous que vous pouvez également les préparer en utilisant des ingrédients purement végétaux ?
Vous pouvez réaliser des desserts lactés végétaux à partir des alternatives suivantes :

  • Les produits à base de soja tels que le tofu, le tofu soyeux ou la crème de soja
  • Des noix, comme les amandes et les noix de cajou
  • La noix de coco

Voici une alternative super simple pour un dessert frais et léger à l’italienne : panna cotta. Si vous traduisez cela, cela signifie “crème cuite”. On réalise cette version végétale en utilisant du lait de coco et de la crème de soja.

Pour donner à ce dessert une structure à la fois ferme et souple, nous utilisons de l’agar-agar.
L’agar-agar est très connu dans la cuisine à base de plantes et constitue une alternative parfaite à la gélatine.
L’agar-agar est extrait des algues rouges.
La gélatine n’est ni plus ni moins que de l’os et des abats de mammifères morts, fondus et transformés.
Je sais immédiatement lequel des deux je préfère. Et vous ?

Ce dont vous avez besoin

  • Une boîte de 400ml de lait de coco
  • Un paquet de crème de soja dont vous aurez besoin de 75 ml
  • Deux cuillères à soupe de sirop d’agave ou de sirop de riz
  • Une cuillère à café de poudre d’agar-agar
  • 300 à 400 grammes de fruits frais ou congelés pour la couche supérieure
  • Un peu de noix de coco râpée pour la décoration

Lisez ci-dessous les différents produits à base de noix de coco disponibles sur le marché afin d’utiliser la bonne variante pour cette recette.

Comment procéder

  • Mettez le lait de coco, l’agar-agar et la crème de soja dans une casserole et mettre sur le feu
  • Portez doucement le mélange à ébullition, en remuant constamment
  • Faites bouillir pendant 2 à 3 minutes et continuez à remuer
  • Retirez du feu et répartir uniformément dans 4 verres ou plus
  • Laissez refroidir complètement. Si pendant le refroidissement vous remarquez que le mélange perd un peu de son homogénéité et qu’une couche de séparation apparaît, remuez de temps en temps avec un fouet
  • Mettez au réfrigérateur pendant quelques heures
  • Avant de servir, broyez les fruits en purée pour en faire un coulis et versez-les sur les panna cottas
  • Décorez en saupoudrant un peu de noix de coco râpée au dessus

Dans cet exemple, nous avons utilisé des framboises. Vous pourriez tout aussi bien utiliser des fraises, des kiwis ou des mangues. Les fruits frais ou congelés sont les meilleurs. D’autre part, vous pouvez également utiliser des fruits secs réhydratés (trempés), par exemple des mangues séchées ou des abricots secs.
Bon appétit !

Quel type de produit à base de noix de coco faut-il choisir ?

J’ai moi-même longtemps lutté pour voir clair dans tous ces produits à base de noix de coco disponibles.
Il y a beaucoup de choses à trouver sur le marché.
Voici les principaux :

Les laits et crèmes

  • L’eau de coco : le jus aqueux de la noix de coco auquel on attribue de nombreux bienfaits pour la santé
  • Lait de coco : fabriqué à partir de la chair blanche de la noix de coco avec un rajout d’eau. La teneur en graisses peut varier. Pour cette recette-ci, utilisez un lait de coco avec 17-20% de matières grasses. D’autres versions peuvent avoir jusqu’à 30% de matières grasses et sont plus faciles à fouetter pour obtenir une texture de crème fouettée plus ferme. Pas nécessaire pour cette recette !
  • Crème de coco liquide : (coconut cream en anglais) avec une teneur plus élevée en noix de coco et en matières grasses. On utilise la chair de noix de coco fraîche, mais sans ajout d’eau
  • Crème de coco solide : (creamed coconut en anglais) qui est encore plus concentrée que la crème de coco liquide et est vendue en forme de blocs, comme une barre de savon. On la fabrique à partir de la chair de noix de coco séchée.

L’huile

  • L’huile de coco : c’est uniquement la graisse de la chair de la noix de coco. Cette graisse, bien que saturée, est très saine et a un effet rafraîchissant sur le corps.
    • Huile de coco extra vierge : elle est pure et possède encore le goût et l’odeur de la noix de coco.
    • Huile de coco désodorisée : elle est le résultat d’un processus de traitement ou transformation et possède un goût neutre.

La farine et le sucre

  • Farine de coco : une fois que l’huile de coco a été extraite de la chair de la noix de coco, la pulpe restante peut être moulue en farine de coco.
  • Sucre de fleurs de coco : un sucre complet, riche en minéraux, au parfum typique, que l’on fabrique à partir du nectar des fleurs de coco.

J’espère que vous y voyez maintenant un peu plus clair.

Pourquoi les produits laitiers d’origine animale ne conviennent-ils pas à de nombreuses personnes ?

Les produits laitiers ne conviennent pas à la majorité de la population humaine mondiale, qui connaît de ce fait des problèmes digestifs modérés à graves. Il en résulte des douleurs abdominales, un gonflement de l’intestin et parfois des diarrhées. On appelle ce phénomène l'”intolérance au lactose”. C’est le sucre du lait ou lactose que la plupart des gens ne peuvent pas digérer, ou pas suffisamment. Le phénomène est décrit comme une aberration, une déviation par rapport à une norme, mais ce n’est pas du tout une vue correcte. Il fait partie du mythe culturel qui entoure le lait.

Ce sont les peuples les plus septentrionaux qui, au cours de l’histoire, se sont apparemment adaptés à la digestion du lait. Cela fait d’eux une sorte d’exception. Cette exception est ensuite devenue la norme après la Seconde Guerre mondiale.
Mais en dehors de cela, environ 80 % de la population mondiale est incapable de digérer le lactose contenu dans le lait et les produits laitiers tels que le fromage. Être intolérant au lactose n’est donc pas une maladie, mais simplement la chose la plus normale du monde.

Pourquoi l’huile de coco désodorisée est-elle souvent moins chère que l’huile de coco pure et non désodorisée ?

Cela semble paradoxal, n’est-ce pas ? L’huile de coco désodorisée subit un traitement supplémentaire, et pourtant elle est moins chère que l’huile de coco “extra vierge” pure.
Pour l’huile de noix de coco vierge, seules les meilleures noix fraîches sont utilisées.
Cependant, le processus de désodorisation permet également d’utiliser des noix de coco de qualité inférieure. Lorsque les noix de coco sont récoltées, les agriculteurs les empilent en prévision de leur transformation. Dans le climat tropical, certaines des noix commencent rapidement à moisir, ce qui crée une odeur désagréable. Grâce au processus de désodorisation (chauffage à la vapeur), non seulement l’odeur légèrement sucrée typique de la noix de coco disparaît, mais aussi les odeurs désagréables des noix moisies.

Photo des gateaux brownies végans

Gâteau au chocolat

Yoga kitchen – Simple, saine, et à base de plantes

Gâteau brownie sans œufs ni produits laitiers

Les haricots noirs sont la source secrète de protéines de cette recette. Si vous utilisez des haricots noirs secs, faites-les tremper pendant 24 heures, puis faites-les bouillir jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Mettez les haricots dans une casserole, couvrez-les d’eau et portez-les à ébullition. N’ajoutez pas de sel à l’eau de cuisson. Utilisez de préférence un autocuiseur, les haricots seront alors cuits en 25 minutes. Dans une casserole ordinaire, ils ont besoin de 45 à 60 minutes pour devenir tendres. Ajoutez de l’eau de temps en temps au fur et à mesure qu’elle s’évapore. Mais si vous êtes un peu plus paresseux, vous pouvez aussi utiliser des haricots noirs en conserve, qui sont mous et prêts à être consommés.

Pourquoi sans œufs ?

Qui a besoin d’œufs ? Les œufs et la poudre d’œuf sont utilisés en abondance dans la pâtisserie classique et industrielle. La production moderne d’œufs est nocive et cruelle pour les poules, même si les œufs sont censés être d’origine biologique. À moins de prendre soin de vos propres poules et de leur offrir une vieillesse digne une fois qu’elles ont cessé de pondre des œufs, il existe de nombreuses alternatives plus saines et moins chères :

  • Comme une simple banane.
  • Ou de la purée de pommes.
  • Ou encore une cuillère à soupe de graines de lin concassées que vous faites tremper 15 minutes dans deux cuillères à soupe d’eau.

L’absence d’œufs dans cette recette signifie que vous pouvez lécher les restes de pâte de votre grattoir sans vous sentir coupable. Il n’y a pas de risque d’infection à la salmonelle, qui se produit parfois lorsque l’on mange des œufs crus.

Avec ou sans gluten ?

Vous pouvez également utiliser un type de farine sans gluten dans cette recette. Les farines sans gluten comme le millet, le sarrasin, le maïs ou encore le soja sont plus faciles à digérer pour la plupart d’entre nous. Mais vous pouvez aussi utiliser un mélange de cinq céréales ou de la farine d’épeautre complète pour une version sans gluten. De nombreux nutritionnistes d’aujourd’hui affirment qu’il vaut mieux éviter le blé moderne et industriel. En ce qui concerne les pesticides, je suis d’accord avec eux. Personnellement, je pense qu’il est préférable d’écouter les réactions de votre corps. Du bon blé ou de l’épeautre d’origine biologique (c’est-à-dire sans pesticides) est OK en soi. Car dans ces céréales avec du gluten, il y a aussi beaucoup de protéines végétales de bonne qualité.

Ce dont vous avez besoin pour un petit gâteau (environ 350g):

  • Une grosse banane bien mûre. Plus c’est mûr, mieux c’est.
  • Environ 120g de haricots noirs bouillis et rincés (80g secs) ou en conserve. Les haricots Aduki sont également très bons
  • 3 cuillères à soupe d’huile végétale au goût neutre qui peut résister à la chaleur, par exemple de l’huile de tournesol à haute teneur en acide oléique
  • 1 cuillère à café de vanille moulue (optionnel)
  • 6 dattes mazafati ou medjoul molles
  • 4 cuillères à soupe rases de cacao pur non sucré
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • 40 à 45 g de farine (farine de sarrasin ou de millet pour la version sans gluten de ce brownie)
  • 1 pincée de sel de mer
  • 1/2 tasse (environ 40 g) de noix grossièrement hachées (d’autres noix feront l’affaire)
  • 1/2 tasse (environ 60 g) de gouttes de chocolat noir (facultatif)

Il est toujours bon de faire tremper les noix dans de l’eau la veille. Les noix revivent, l’amertume disparaît et elles ont le goût d’être fraîchement cueillies sur l’arbre. Elles sont également beaucoup plus digestes. Jetez l’eau de trempage et rincez bien les noix.

C’est fait en un tour de main:

Préchauffez le four à 180°C/340°F.

  • Placez les haricots, l’huile, les dattes et la banane dans un robot culinaire et mélangez bien, d’abord lentement puis à vitesse plus élevée.
  • Ajouter la vanille, puis le cacao. Réduisez le tout en purée. Le résultat est un mélange brun foncé plutôt liquide, humide et brillant.
  • Mélangez les ingrédients secs : la farine, la levure chimique et la pincée de sel.
  • Dans le robot culinaire, mélangez progressivement les ingrédients secs au mélange humide jusqu’à ce que le mélange devienne un peu plus sec, mais toujours bien onctueux et humide.
  • A l’aide d’une cuillère, mettez le contenu de votre robot dans un saladier.
  • Ajouter ensuite les noix hachées et les gouttes de chocolat. Mélangez grossièrement.
  • Transférer ensuite le tout dans un moule à gâteau rectangulaire ou rond ou une plaque de cuisson recouverte de papier absorbant.

Faites cuire au four pendant environ 25 à 30 minutes. Le brownie est plus savoureux lorsqu’il est encore légèrement humide à l’intérieur. (Un gâteau plus gros doit cuire un peu plus longtemps).
Bon appétit ! Avec des ingrédients sains et respectueux comme ceux-ci, le gâteau au chocolat devient une nourriture saine et pleine d’amour pour toute la planète!.

Les brownies végétaux / valeur nutritionnelle approximative par 100 g de produit:

Énergie Glucides Sucres Graisses Graisses sat. Protéines Fibres Sel
1098,40 kJ/262,35 kcal 34,12 g 14,56 g 13,55 g 2,60 g 7,21 g 7,44 0,09 g

Lire plus sur la santé et l’alimentation végétale:

Voici d’autres articles sur l’alimentation à base des plantes et la santé:

Lire plus sur l’alimentation végétale

En savoir plus sur le yoga et les cours de yoga à Schaerbeek:

Regardez notre offre de cours de yoga:

Notre offre complète de cours de yoga

Une simple soupe de pois cassés

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Toute personne ayant des habitudes alimentaires purement végétales ferait bien de surveiller la proportion de protéines. Les pois et les pois cassés sont une excellente source très bon marché de protéines végétales de haute qualité au spectre riche et varié d’acides aminés. Ils contiennent également beaucoup de glucides complexes et une bonne quantité de fibre précieuse.
Une nourriture de rêve !
Quoi de plus agréable et de plus chaleureux qu’un bon bol chaleureux de soupe aux pois pendant la saison froide ? Et vous pouvez y aller dès le petit déjeuner !

Ce dont vous avez besoin pour environ 1 litre de soupe fraîchement préparée:

  • 150 gr de pois cassés
  • 1 carotte
  • 1 oignon
  • éventuellement un morceau de céleri vert
  • une à une cuillère et demie à soupe d’huile d’olive
  • Des épices telles que : graine de cumin, sarriette, graine de fenouil …
  • poivre et sel au goût

Vous pouvez également ajouter des cubes de bouillon de légumes ou du bouillon en poudre pour parfumer davantage la soupe, mais je n’en suis pas fan moi-même.
Photo de la soupe à pois et ses ingrédients

Etape par étape

  • Laissez les pois cassés tremper dans l’eau pendant quelques heures jusqu’à ce qu’ils soient bien gonflés
  • Rincez-les dans un tamis sous l’eau courante
  • Chauffez l’huile d’olive à feu doux, saupoudrez les épices (graines de cumin, sarriette, fenouil, ou autre, selon votre goût personnel…) et laissez-les frire doucement dans l’huile pendant quelques instants pour libérer leurs saveurs
  • Ajoutez l’oignon et la carotte finement hachés et faites-les frire jusqu’à ce qu’ils deviennent un peu transparants.
  • Versez les pois cassés, mélangez et faites frire brièvement
  • Rajoutez 1 litre d’eau aux légumes et portez à ébullition
  • Le temps de cuisson dépend du type de poêle : environ 35 minutes de cuisson dans une poêle ordinaire. Si vous utilisez une cocotte minute, le temps de cuisson sera réduit à environ 15 à 20 minutes.

Important

Lors de la cuisson des légumineuses, n’ajoutez le sel qu’après la cuisson.
Cela s’applique au sel marin, à la sauce soja salée ainsi qu’à tout bouillon salé en cubes ou en poudre.
Enfin, ajoutez éventuellement du poivre selon votre goût et mixez la soupe à l’aide d’un mixeur batteur ou dans un blender.
Servez-la bien chaude !

Dégustez cette délicieuse soupe simple et fortifiante, avec sa teneur en protéines respectable !
Valeurs nutritionnelles pois cassés

Quel est le meilleur moment pour consommer des protéines ?

Les avis divergent.
Certaines personnes affirment que vous bénéficiez davantage de protéines le matin et à midi que le soir. Il serait préférable de se passer au un lit “léger” avec un système digestif qui a achevé son travail de jour afin que toute l’énergie puisse être consacrée à la récupération la nuit.
D’autre part, la nuit est précisément le moment où la synthèse des protéines et la récupération et la croissance des muscles ont lieu. Selon d’autres auteurs, il est donc judicieux d’inclure des protéines dans votre dernier repas afin qu’elles soient disponibles dans le sang pendant la nuit pour la synthèse des protéines.
C’est vrai qu’il y a de la musique dans ce propos.

Le seitan doux-épicé

Le seitan doux-épicé

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Source millénaire de protéines végétales

Vous êtes passé à un régime alimentaire végétalien et vous ressentez une nostalgie pour quelque chose comme des “carbonades flamandes” ou un ragoût ?
Considérez alors le seitan.
Le seitan est connu depuis des siècles dans la cuisine orientale et plus particulièrement japonaise. Il est soit fait par un processus de lavages successifs de la farine de froment pendant lequel l’amidon est enlevé. Il peut aussi être fait à partir de la poudre de gluten. Le gluten est la protéine que l’on trouve dans le blé et d’autres céréales. Il n’y a rien de mal à cela en soi. C’est une puissante source végétale de protéines.
Aujourd’hui, il est disponible sous de nombreuses formes comme substitut de viande standard dans les magasins bio et, de plus en plus, dans d’autres magasins également. En tranches, en morceaux ou sous forme hachée.

“Stoverij” ou “carbonades à la flamande” est un plat typiquement belge (flamand) qui est traditionnellement préparé avec de la bière.
Le Seitan s’y prête très bien. Mais on peut vraiment tout en faire. Regardez cet exemple de préparation douce-épicée de style oriental :

Pour environ 2 portions de ragoût végétal :

  • 200 gr seitan “suprème” ou seitan ordinaire
  • 50 gr d’oignon
  • 3 gousses d’ail
  • 150 gr de poivrons rouges et/ou jaunes
  • 3 cuillères à soupe complètes de pâte de curry madras rouge (ou toute autre pâte de curry de votre choix)
  • une cuillère à café de graines de cumin
  • une cuillère à café de graines de moutarde
  • 2 cuillères à soupe de tamari, ou de sel de mer au goût
  • ca 200 ml d’eau
  • Une cuillère à soupe de farine de blé ou d’épeautre pour épaissir la sauce. Le maizena ou le kuzu font tout aussi bien l’affaire.

Photo de la préparation au seitan

Voici comment préparer :

Le seitan prêt à l’emploi ne nécessite aucun prétraitement. Si c’est un gros morceau de seitan, coupez-le en plus petits morceaux avec des ciseaux ou un couteau.

  • Mélangez l’oignon et l’ail et coupez le poivron en morceaux
  • Laisser une cuillère à soupe d’huile d’olive se réchauffer à feu doux dans une cocotte-minute ou dans une poêle ordinaire.
  • Saupoudrez d’abord les herbes dans l’huile chaude. L’huile absorbera l’arôme.
  • Ajoutez l’oignon et l’ail et laissez frire pendant un court moment.
  • Mettez les morceaux de seitan et faites frire brièvement, en remuant.
  • Ajoutez la pâte de curry et le tamari et mélangez bien
  • Ensuite ajoutez le poivron et mélangez-le avec le seitan
  • Finalement verser l’eau, fermer la casserole

Irrésistible

Utilisez de préférence une cocotte-minute. Ainsi, vous conservez une plus grande partie de la valeur nutritive et le processus de cuisson prend beaucoup moins de temps et d’énergie.
Dans une cocotte-minute, le tout est prêt après avoir mijoté sous pression de vapeur pendant environ 15 minutes.
Comptez 25 minutes pour une casserole classique.
Ensuite, vous pouvez épaissir la sauce en diluant la farine avec un peu de liquide de cuisson, puis l’ajouter à la préparation.
C’est tout.
Je vous garantis, vous risquez de tout manger d’un seul coup, tellement c’est savoureux ! La version “suprème” du seitan a vraiment tendance à fondre dans la bouche.
Bien entendu, rien ne vous empêche d’ajouter d’autres légumes ou d’utiliser d’autres herbes ou des herbes supplémentaires. Votre goût est la norme.
Bon appétit !

Faut-il oui ou non éviter le gluten ?

Parce qu’il y a de plus en plus de personnes souffrant d’une allergie au gluten, dont la cause est exclusivement attribuée au gluten, manger des protéines de blé est de plus en plus découragé.

Je pense personnellement que c’est injuste. Il est vrai que le gluten, comme d’autres protéines, par exemple d’origine animale, est relativement dur à digérer. Mais si vous êtes en bonne santé et ne souffrez pas d’intolérance au gluten, il n’y a aucune raison de l’éviter.

Ce qui est vrai, c’est que le blé moderne a évolué génétiquement au fil des décennies et n’est plus le même que celui que connaissaient nos ancêtres. Cela peut également expliquer la digestibilité plus difficile du blé moderne. Il existe d’autres céréales en vente dans les magasins biologiques qui se rapprochent de la structure et de la composition du blé d’origine. Il s’agit du kamut et de l’épeautre ou petit-épeautre.

Troisièmement, le pain industriel moderne n’est plus aussi “pur” que le pain d’antan. Pour un pain tout court, il suffit de 4 ingrédients :

  • une farine (grain moulu)
  • de l’eau
  • de la levure ou du levain
  • du sel (de mer)

Le pain industriel moderne contient parfois jusqu’à 20 ingrédients différents, principalement pour lever plus rapidement, et pour influencer le goût et l’arôme du produit final.

Il est certain que le gluten, lorsqu’il passe non digéré ou partiellement non digéré à travers la paroi intestinale, provoquera des dégâts ou des réactions allergiques plus loin dans le corps.
D’autre part, il n’existe aucune indication concluante que ce même gluten est également responsable de la détérioration et de la dégénérescence de la paroi intestinale et de la flore intestinale protectrice. Celles-là peuvent être dûes à d’autres causes. Par exemple, un régime alimentaire insuffisamment varié, avec trop de glucides raffinés, trop de sucre ajouté, trop de mauvaises graisses, trop peu de fibres, et surtout des aliments transformés industriellement. La flore intestinale meurt, la paroi intestinale se désintègre par perte et manque de minéraux et perd son effet protecteur : des ouvertures trop grandes apparaissent.

Lire plus sur la santé et l’alimentation végétale:

Voici d’autres articles sur l’alimentation à base des plantes et la santé:

Lire plus sur l’alimentation végétale

En savoir plus sur le yoga et les cours de yoga à Schaerbeek:

Regardez notre offre de cours de yoga:

Notre offre complète de cours de yoga

Un plat avec du tofou épicé

Le tofou épicé

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Je vous invite à redécouvrir l’un des basiques des substituts de viande. Une des “mères archétypiques” des substituants de viande c’est le tofou, le simple tofou blanc. Connu dans la gastronomie orientale depuis des siècles. Le lait de soja est caillé à l’aide du nigari, un sel de calcium, et ensuite la matière solide ainsi obtenue est pressée en blocs. C’est un peu comme la production de fromage, mais de façon végétale.
Le tofou qui digère le mieux c’est le tofou fermenté. Il a un goût légèrement acidulé, assez agréable. Le tofou blanc est sans goût. Alors une marinade sera la bienvenue, avant de le frire à la poêle ou le griller au four.

Ci dessous un simple exemple d’une marinade pour le tofou à inspiration orientale.

Pour un bloc de tofou bio de 400 grs vous prenez:

  • 3 cuillères à soupe de tamari of shoyu, c’est la sauce de soja foncée
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre ou vinaigre blanc du riz (le mirin)
  • Une demie cuillère à soupe de sirop de riz ou de sirop d’agave
  • Un bon morceau de gingembre frais, finement ciselé
  • Des épices orientales au choix

Exemple d’un mélange bien épicé:

  • 2 cuillères à café d’une mélange d’épices Indonésiennes
  • Un quart de cuillère à café de chili moulu
  • Un quart de cuillère à café de poivre noir moulu

Il y a bien sûr moyen d’expérimenter avec le mélange d’épices. Il ne faut pas de sel, la sauce de soja apporte suffisamment de sel.

Pour la préparation:

  • Si le tofou est un peu humide et pas très solide, ça vaut la peine d’en enlever le trôp de liquide en le pressant entre deux surfaces.
  • Mélangez les ingrédients humides et secs de la marinade dans un petit bol. Mélangez bien.
  • Coupez le tofou en tranches et posez-les dans un grand bol.
  • Versez-y la marinade et bougez bien les tranches de gauche à droite pour que elles soient toutes imbibées de la marinade.
  • Couvrez le bol.
  • Laissez reposer au moins pendant une heure ou une nuit entière au réfrigérateur.

Puis votre tofou est prêt à être frit ou grillé.
C’est déliceux en complément de plats de légumes et de céréales.
Savourez cette source de protéine riche en calcium et en fer, exempte de viande!
Bon appétit!

Les nouveaux substituts pour la viande

“Ça sent l’argent …” a dû se dire l’industrie alimentaire depuis les dernières années, et je parle alors depuis 2017, à cause de la demande toujours croissante de produits végétariens et végétaliens. On voit maintenant apparaître dans les rayons des grandes surfaces de nombreux sortes de nouveaux substituts de viande . Du point de vue des animaux, c’est en soi une bonne évolution, car chaque humain qui laisse tomber de temps en temps un repas de viande égale moins d’animaux vers l’abattage. En somme, c’est ce que nous espérons.

Mais il y a plus de paille que du grain. Ces substituants de la viande ne sont pas du tout des champions au niveau de la santé. Il y a beaucoup de ces choses panées à la chapelure, et croyez-moi, quelque chose qui est habillé en chapelure gaiement colorée a très souvent quelque chose à cacher au niveau de sa composition.

Photo d'un smoothie vert protéiné

Bombe protéique verte

La grande question que se posent les personnes qui envisagent de passer à une alimentation à base de plantes est sans aucun doute la suivante : aurai-je assez de protéines ?
La viande, le poisson et les œufs sont des sources “faciles” de protéines, qui ont une teneur en protéines relativement élevée.
Mais il y a une forte odeur contraire à l’éthique qui s’y rattache.

Un régime alimentaire à base de plantes a tout pour nous fournir suffisamment de protéines, et est respectueux des animaux, des humains et de la planète.

Comme bonnes sources de protéines, nous disposons de :

  • les légumineuses, y compris le soja, les pois et les dizaines de variétés de haricots et de lentilles
  • les noix et graines
  • céréales (telles que blé, avoine, riz, seigle, orge, millet, amarante …)
  • les “pseudocéréales” (comme le quinoa, le sarrasin)
  • légumes (oui ! Chaque légume contient des protéines)
  • algues et cyanobactéries telles que la spiruline
  • les protéines végétales en poudre (de soja, de riz, de chanvre, de pois, de graines de courge, de graines de tournesol ou de combinaisons de ces produits)

Toute personne qui suit un régime végétal équilibré et suffisamment varié s’apportera en tout cas des protéines en quantités satisfaisantes.

Et qu’en est-il du sport et la musculation ?

Mais si vous êtes un athlète, ou si, comme moi, vous vous êtes lancé dans un défi, entouré d’omnivores et de vrais mangeurs de viande ? Un défi qui vous demande de manger presque deux fois plus de protéines que la normale ? Jusqu’à plus de 150 grammes par jour ?
Qu’en est-il ?
Pouvez-vous faire cela ?
Pouvez-vous fournir des repas et des collations qui contiennent beaucoup plus de protéines tout en maîtrisant vos graisses et vos glucides ?

Oui, c’est possible.
Soyons honnêtes : vous aurez également besoin d’un ajout de protéines végétales en poudre.
Mais c’est la même chose pour les mangeurs de viande et de poisson. De leur coté, ils utilisent des protéines de lait concentrées, appelées aussi protéines de lactosérum ou petit-lait (“whey” en anglais).

Voici un exemple de “bombe protéique” végétale, que j’ai inséré une fois comme un repas en soi. Avec beaucoup de légumes vertes, donc également riche en vitamines et minéraux.

Voici les ingrédients du smoothie:

  • 200 gr de petits pois
  • 70 gr d’épinards
  • 25 gr de protéines végétales mélangées en poudre de chanvre, de courge et de tournesol
  • 3 gr de spiruline (1 cuillère à café rase)
  • 3 gr de chlorella (1 cuillère à café rase)
  • environ une cuillère à soupe de beurre d’arachide
  • 150 ml de lait de soja

Et pour la garniture j’avais rajouté:

  • 70 gr de groseilles blanches ou rouges fraîches
  • 100 gr de soja (Provamel ou Alpro)

Énergie et macronutriments

Ce seul repas nutritif et nourrissant de près de 600 kcal au total ne contient pas moins de 49 grammes de protéines végétales.
C’est costaud !
La poudre de protéines végétales en représente 14,6 grammes. Le reste provient des autres ingrédients.
Macronutriments
Vous pouvez également utiliser ce genre de combinaison en plus petites quantités comme en-cas nutritif “après l’entraînement”.

Puissance végé

En tout cas, j’étais soulagé.
Oui, dans le contexte de ce type de régime spécial pour le sport ou la perte de graisse, il est également possible d’y adhérer avec des ingrédients exclusivement végétaux.

Il est temps que nous construisions une société basée sur la puissance des plantes plutôt que sur la misère des animaux. Vous ne pensez pas ?

Le crumesan

Crumesan

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Fini le Parmesan !
Voici quelque chose de plus simple, plus sain et aussi savoureux: Le Crumesan. Sans souffrance des vaches et d’autres animaux de ferme.
Parfois on observe que les personnes qui font leurs premiers pas vers un régime alimentaire végétal. Elles sont à la recherche de quelque chose qui se rapproche du fromage rapé. Pour saupoudrer les sauces des pâtes ou les soupes. Et qui a quasiment la même structure grumeleuse et un peu sêche, avec une saveur plus ou moins similaire que le fromage rapé parmesan.

J’ai trouvé cette recette tout simple pour le “crumesan” dans l’oeuvre très riche de David Côté et Mathieu Gallant. Ce sont deux hommes Canadiens inspirants qui opèrent une petite entreprise d’alimentation vivante et végétale sous le nom de “Crudessence”. Crudessence est non seulement de la cuisine crue et végétale, ils considèrent la cuisine crue et vivante comme une philosophie de vie. Avec plein de liens vers d’innombrables aspects de la vie, et presque comme un acte politique. Ayant de grands effets positifs pour l’environnement. Au Canada ils ont quelques restaurants, une académie d’alimentation vivante et ils ont sorti plusieurs livres dans la série Crudessence. Dans ces livres vous pouvez trouver beaucoup de basiques crus et végétaux à partir desquels vous pouvez épanouir votre propre créativité. A conseiller absolument comme source d’inspiration!
Voici le lien: www.crudessence.com

Les ingrédients:

  • Environ 140 grammes de noix du Brésil
  • Un quart de cuillère à café de sel de mer ou un peu plus, selon votre goût
  • Un quart, une demie gousse ou une gousse complète d’ail frais, selon votre goût
  • Un 1/8 de cuillère à café de poivre noir moulu ou de mélange de trois poivres

Photo du crumesan et ses ingredients

La procédure:

  • Contrairement à la plupart des noix, il ne faut pas tremper les noix du Brésil.
  • Mettez les noix du Brésil, la gousse d’ail, le sel de mer et le poivre éventuel dans un robot de cuisine avec une lame en forme de S.
  • Pulsez quelques fois à haute vitesse, jusqu’à ce que vous ayez obtenu le grain souhaité.
  • Puis transférez le tout dans un bocal en verre avec un couvercle vissant. Le crumesan e conserve facilement 2 à 3 semaines dans le réfrigérateur.

Plus facile, je meurs!
Bon appétit!

Arrêter les produits laitiers

Beaucoup de personnes démarrent leur voyage vers un régime alimentaire végétal via le végétarisme. Le végétarisme autorise encore la consommation de produits laitiers tels que le lait, le fromage, le beurre et également les oeufs.
Nous ne pouvons pas considérer les produits laitiers comme des aliments éthiques. Et il y a de sérieux questions concernant leurs effets sur notre santé.
Les vaches, chèvres et brébis laitiers sont les esclaves les plus pitoyables de notre système économique actuel. Ce système semble construit sur les animaux et les produits d’origine animale. L’industrie alimentaire incorpore le fromage de manière invisible dans beaucoup de produits où on ne le soupçonne même pas. C’est un peu comme le sucre raffiné, qui peut devenir poison tueur en série en cas d’abus. Le fromage a des effets addictifs très puissants.

Les bénéfices du sevrage

Quand on arrête les produits laitiers définitivement, les bénéfices pour la santé sont ENORMES, même au court-terme. L’industrie laitière est un phénomène relativement récent dans le monde occidental, qui date d’après la deuxième guerre mondiale. Elle est fondée sur une fausse croyance qui stipule que le lait de vache et d’autres mammifères et leurs dérivés sont un constituant essentiel d’un régime alimentaire sain. C’est totalement faux.
Entretemps, plusieurs études sérieuses démontrent que les produits laitiers ne sont pas une bonne source de calcium non plus. La digestion des produits laitiers a un effet tellement acidifiant sur les tissus du corps humain qu’ils on tendance à décalcifier les os plutôt que de les renforcer.

Vers le sommaire des recettes

Le polenta en moule

Le polenta aux algues et légumes

La cuisine de Yoga Kitchen – Simplicité, santé et 100% végétale

Au dix-neuvième en en début du vingtième siècle le polenta était “la nourriture des pauvres” des Italiens la plus répandue à la campagne. Bien que les couches les plus pauvres de la population ne mangeaient pas très équilibré, je trouve ce phénomène de “cuisine des pauvres” fort inspirant. Parce que ces gens travaillaient avec des plantes et des denrées alimentaires simples et produits localement. Cette simplicité et cet emprunte écologique fort réduite, nous pouvons en apprendre beaucoup à notre époque. C’est d’autant plus charmant et durable que ces soi-disants “superfoods” qui sont parfois amené de leurs régions d’origine par avion pour ensuite être vendus dans des magasins exclusifs à des prix exorbitants. Cela ne peut jamais avoir été l’objectif de quelque chose d’aussi basique et terre-à-terre que notre alimentation quotidienne.

Le polenta c’est la semoule de mais et il est fabriqué de la céréale du mais. La plupart du mais qui est cultivé ici sur nos champs est malheureusement destiné à être utilisé comme de la nourriture de bêtail. Et pourquoi consommerait-on du mais dans le contexte d’un régime alimentaire végétal et sain?
Et bien, le mais possède quand-même certaines caractéristiques intéressantes. Il est exempt de gluten, donc facile à digérer. Et la recette ci-dessous est très bien pour des personnes ayant décidé de mettre un terme à la consommation de produits animaliers, et qui font l’expérience d’une certaine nostalgie pour une omelette au moment du petit-déjeuner. Ce polenta s’y rapproche au niveau goût, couleur et odeur! Un vrai régal en saison d’hiver.

Les algues

Les algues sont riches en protéines, fer et aussi iode.
Où trouvent les poissons leurs protéines et leurs teneur renommée en oméga-3 ?Waar halen vissen hun proteïne en hun vermaarde omega-3 olie vandaan? Ils le puisent dans les algues !
Une raison de plus pour laisser le poisson tranquille et apprendre à utiliser ces légumes un peu méconnues.
Des personnes avec des troubles de thyroide doivent faire attention. La haute teneur en iode peut influencer leur condition.
Êtes-vous dans ce cas ? Alors vérifiez avec votre médecin traitant.

Pour une “bûche” de polenta d’environ 1 kg:

  • ca 900 ml d’eau
  • 175 gr de polenta de culture biologique à cuisson rapide
  • une à deux cuillères à soupe d’algues finement hachées (comme par exemple la “salade du pêcheur”)
  • une grosse carotte (ou un autre légume) rapée finement
  • 1 à 2 cuillères à café de sel marin, selon votre goût
  • une casserole ayant un contenu de ca 2 litres – ça donne un peu de réserve
  • un moule à cake de ca 30 cm de longueur et 10 cm de largeur

unephoto d'un gâteau de polenta

Voici comment procéder:

  • Rapez finement la carotte.
  • Vous pouvez faire tremper les algues brièvement dans un peu d’eau, mais avec des algues à feuilles fines ce n’est même pas nécessaire.
  • Portez l’eau à ébullition dans la casserole.
  • Dès que l’eau est bouillante, rajoutez la carotte rapée, les algues et le sel marin. Remuez et ramenez à ébullition.
  • Puis rajoutez le polenta au mélange, en remuant.
  • Laissez le polenta cuire à feu doux encore deux bonnes minutes pendant que vous continuez à remuer avec une cuillère en bois ou une spatule. Le polenta épaissit très vite et quand elle commence à se détacher des parois de la casserole, il est temps de verser le mélanger dans le moule mouillé à l’eau au préalable.
  • Laissez solidifier et refroidir et conservez ensuite au frigo dans une boîte avec couvercle. Il se conserve facilement une semaine entière.

Le matin au petit-déjeuner, vous vous coupez quelques tranches du gâteau de polenta. Vous pouvez soit les griller brièvement au four, soit les dorer des deux cotés dans un peu d’huile d’olive ou de l’huile de tournesol hautement oléique, à feu très doux.
C’est délicieux avec un peu de crudités!
Ce polenta est aussi appétisant et nourissant qu’une omelette, sans pour autant avoir toutes les inconvéniences de cette dernière.
Bon appétit!

Concernant le gluten

Tout comme le mais, le millet et le riz appartiennent également tous les deux à la catégorie des céréales sans gluten. Le gluten c’est une composante de la graine de la céréale. Le gluten n’est pas mauvais en soi, car c’est de la protéine végétale. Par contre, il est dur à digérer. Parmi toutes les protéines, le gluten du blé moderne est celle avec les chaînes d’acides aminés des plus longues. Cela coûte donc beaucoup d’énergie et de temps au corps et à la flore bactérienne des intestins pour les couper en petits morceaux. C’est la raison pour laquelle on se sent très souvent lourd après avoir consommé un repas avec une proportion élevée de céréales au gluten.
Les gens qui ont le paroi des intestins abimé et dysfonctionnel auront encore plus dur. Quand le paroi est affaibli à tel point que des morceaux trop grands de protéines partiellement digérés réussissent à passer à travers le paroi intestinal dans les vaisseaux sanguins, cela peut provoquer des réactions allergiques. Pour les personnes autrement en bonne santé, l’avantage de consommer moins de gluten réside dans le fait que le processus de la digestion sera fortement allégé, mettant à disposition plus d’énergie pour d’autres activités ou processus..

Vers le sommaire des recettes